La métaphore cristallographique de Freud

L’une des voies possibles pour faire avancer une discipline, consiste à lui appliquer un modèle venant d’une autre science — afin d’obtenir des effets inédits de savoir. Je voudrais présenter dans ce billet une de ces applications transdisciplinaires : il s’agit du modèle minéralogique du clivage des cristaux, que Freud a récupéré pour l’usage de la psychanalyse.

D’abord, voyons le contexte général et spécifique où se place cette opération. Suite à sa qualification comme Professeur extraordinaire en 1902 et jusqu’aux débuts de la Première Guerre Mondiale, Sigmund Freud a tenu un enseignement de psychanalyse à l’Université de Vienne.

Écrites dans un langage facilement compréhensible pour le profane, les 28 dernières leçons ont été publiées entre 1916 et 1917, sous l’intitulé Conférences d’introduction à la psychanalyse. Des années plus tard, Freud a ajouté à ce projet encore 7 leçons — même s’il ne donnait plus de cours à la fac.

Ainsi, parmi sa Nouvelle suite des conférences d’introduction à la psychanalyse, la 31e traite de la décomposition de la personnalité psychique — c’est-à-dire, la tripartition moi-ça-surmoi. Au moment de se référer à l’articulation de la personnalité dans la folie, Freud amène une comparaison extraite du savoir minéralogique :

Si nous jetons un cristal [Kristall] par terre, il se brise, mais pas arbitrairement, il se casse alors suivant ses plans de clivage [Spaltrichtung] en des morceaux dont la délimitation, bien qu’invisible, était cependant déterminée à l’avance par la structure [Struktur] du cristal. De telles structures fissurées et éclatées, c’est aussi ce que sont les malades mentaux. [1]

 

La métaphore est saisissante : les malades mentaux sont des cristaux clivés. Dans la minéralogie, une propriété essentielle du cristal est sa fissibilité — c’est-à-dire, la capacité à se laisser diviser en suivant les jonctions des morceaux composants. La limite extérieure du cristal est en fait une répétition de son agencement interne, dont les articulations accomplissent la fonction d’un plan de directions de clivage [Spaltrichtung] du corps minéral. D’où la prédétermination de la façon dont il se cassera éventuellement. Ce cristal du minéral halite l’illustre à merveille :

Cristal de l’halite, le plan de clivage étant visible

La contrepartie des cristaux est les individus minéraux soi-disant « amorphes ». Un bon exemple en est le verre. Il n’a pas d’articulations internes constituant un plan de clivage. Donc, si un morceau de verre et un cristal viennent à tomber, il se casse de façon capricieuse.

En plaçant le malade mental sous le modèle du cristal fissuré et éclaté, Freud exprimait sa conception du rapport entre le normal et le pathologique : il n’y a pas de frontière tranchée entre les deux — normalité et pathologie étant plutôt liées selon un modèle d’articulation et désarticulation d’éléments. L’opérateur de la désarticulation est souvent un accident de la vie qui « fait tomber » le sujet dans la maladie — sauf à remarquer que les caractéristiques de ladite maladie étaient déjà virtuellement contenues dans la structure.

Qu’est-elle devenue, cette conception métaphorique (cette application transdisciplinaire), dans la postérité psychanalytique ? Elle a été reprise pour étayer les théories structurales de la maladie mentale — notamment dans leurs versants et lacanien [2] et bergeretien [3].

 

Références

[1] Sigmund Freud, « Neue Folge der Vorlesungen zur Einführung in die Psychoanalyse [1933] », in Gesammelte Werke, Frankfurt am Main, S. Fischer, 1944, vol. XV, p. 142.

[2] Cf. José María Álvarez, Ramón Esteban et François Sauvagnat, Fundamentos de psicopatología psicoanalítica, Madrid, Síntesis, 2004.

[3] Cf. Jean Bergeret, La personnalité normale et pathologique. Les structures mentales, le caractère, les symptômes, 3e éd., Paris, Dunod, 1996.

 

Crédits

« Halite », Rob Lavinsky, iRocks.com – CC-BY-SA-3.0


Auteur : Miguel Sierra Rubio

Psychologue clinicien, enseignant universitaire et jeune chercheur

1 pensée sur “La métaphore cristallographique de Freud”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *