Freud, apprenti minéralogiste

Dans un autre billet, j’ai présenté un geste transdisciplinaire de Freud, à savoir : celui d’utiliser un modèle minéralogique pour expliquer sa psychopathologie — notamment le rapport entre la normalité et l’état morbide.

Lors d’un séminaire de thèse avec mon directeur, le Pr François Sauvagnat, il m’a demandé d’où est venue à Sigmund Freud l’idée de cette métaphore — soit, la génialité de comparer la structure des malades mentaux à la structure des cristaux minéraux.

Devant mon ignorance à ce sujet, il a suggéré quelques pistes de recherche — dont j’ai eu les réponses au fur et à mesure des avancées de la thèse :

  • Est-ce que Freud avait des livres de minéralogie dans sa bibliothèque ? Pas certain ; en tout cas, dans le catalogue de ceux qui sont aujourd’hui conservés à Londres et à Vienne n’a pas un seul titre correspondant à ce domaine.
  • Est-ce qu’il fréquentait des professionnelles de cette spécialité scientifique ? Aucune trace de cela dans ses biographies les mieux documentées.

Alors, d’où vient cela ? Le mystère fut finalement dévoilé le semestre d’hiver 2012.

Il faut savoir que Freud a fait ses études médicales à l’Université de Vienne entre 1873 et 1881. À l’époque, des nombreux enseignements initiaux n’avaient pas trop à voir avec la médecine — dont les cours de minéralogie que le jeune Sigmund a suivis la première année. En effet, le 16 juillet 1874 l’étudiant passait avec mention l’examen de minéralogie du Pr Gustav Tschermak (également écrit « Czermak » dans le relevé des notes).

 

Photo du domaine publique
Gustav Tschermak von Seysennegg

 

Qui était ce personnage-là ? Sa notice nécrologique témoigne en 1927 de sa célébrité dans le monde de la minéralogie [1]. Il y a même un minéral portant son nom : la tschermakite.

Né en 1836, il a été le fils d’un agent du fisc. Ancien élève de l’Université de Vienne, Gustav Tschermak a continué sa formation minéralogique à Heidelberg et Tübingen, pour revenir à Vienne en qualité de Privatdozent en 1868. Il est hors de doute que, à partir de 1873 (c’est dire, l’année même de l’entrée de Freud à l’Université), il y était à la fois le responsable de l’Institut de Minéralogie et Pétrographie et le professeur titulaire de ces cours.

Vue extérieure de l'institut de minéralogie de l'Université de Tübingen
Vue extérieure de l’institut de minéralogie de l’Université de Tübingen

 

À sa retraite en 1906, il a reçu le titre nobiliaire de Seigneur de Seysenegg – sommet d’un curriculum vitae qui était déjà plein de charges distinguées :

  • directeur du Cabinet impérial et royal minéralogique
  • membre de l’Académie autrichienne des sciences
  • premier président de la Société viennoise de minéralogie
  • fondateur de Communications minéralogiques, revue autrichienne spécialisée qui existe toujours.

Freud suivait, donc, le cours de l’un des plus grands experts du domaine des sciences de la terre. La doctrine qu’il lui a apprise apparaît dans deux ouvrages du maître : l’Esquisse de minéralogie pour étudiants (1863) et le Manuel de minéralogie (1884). En fait, les notions que Freud utilise dans l’application psychanalytique de la métaphore cristallographique, correspondent à la « minéralogie générale » — première partie des textes de Tschermak, qui est d’ailleurs restée identique d’un livre à l’autre.

Grosso modo, les corps minéraux peuvent avoir soit un état amorphe, soit un état cristallisé et cristallin. Ces derniers apparaissent fréquemment sous la forme de cristaux. Un Krystall est donc un « individu minéral » dont la forme est limitée par des surfaces plates, lorsqu’il y a une coïncidence entre son agencement interne spécifique et sa forme plate spécifique. Tous les cristaux présentent une certaine Spaltbarkeit ou fissibilité, grâce à laquelle ils peuvent être « clivés » : non pas de n’importe quelle façon, mais en suivant l’orientation et la disposition de leurs articulations internes. De plus, il y a la propriété de la Structur – entendue comme le type d’agrégation des cristaux pour composer des corps cristallins, selon la grandeur des morceaux réunis.

Nous voilà en retrouvant chez Gustav Tschermak le vocabulaire que Freud emploie dans sa métaphore : cristal, clivage, structure.

À partir de cette mise en corrélation — que personne, à ma connaissance, n’avait jusqu’ici posée —, j’ai élargi la recherche pour démontrer comment l’enseignement de Tschermak a eu d’autres résonnances dans les formulations psychopathologiques de Freud. Ainsi l’ai-je présenté tantôt dans un article de revue qui est en cours d’évaluation, que dans mes communications scientifiques à Strasbourg (Simposium de boursiers mexicains Conacyt en Europe, 2012), Lausanne (SIUEERPP, 2012) et Paris (Table ronde à la Maison du Mexique, 2014, cf. twitter ci-dessous).

 

Références

[1]  Cf. Edward Salisbury Dana, « Hofrat Professor Dr. Gustav Tschermak, 1836-1927 », American Mineralogist, 1927, Vol. 12, no 7, p. 293.

 

Crédits

« Gustav Tschermak von Seysenegg » (domaine public)

« Vue extérieure de l’Institut de minéralogie de l’Université de Tübingen », Nathalie Scroccaro, 2014, CC BY – NC – ND


Auteur : Miguel Sierra Rubio

Psychologue clinicien, enseignant universitaire et jeune chercheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *