Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (I)

Voici quelques notes préparées pour la leçon 1/3 de mon intervention au CM « Psychologie clinique » à l’Université Rennes 2. L’objectif de cette intervention a été de présenter le diagnostic structural lacanien comme une « cartographie de la subjectivité désirante » dont le clinicien peut tirer parti pour sa pratique.

Le contenu de cette première leçon porte sur quelques différences générales entre le diagnostic structural lacanien et le (beaucoup plus populaire dans le milieu universitaire) diagnostic structural bergeretien.

  1. Diagnostic structural : une désambiguïsation

On croît tous désigner la même chose lorsqu’on parle de « structure psychotique », « névrose », « fétichisme », etc. Il arrive cependant que ce vocabulaire psychopathologique a été repris par divers régimes théoriques au sein de la psychanalyse et, du coup, chacun de ces mots et syntagmes a des significations même divergentes selon le référent théorique dont il relève.

Une désambiguïsation s’impose si l’on veut cibler la spécificité propre au diagnostic structural lacanien, en le différenciant d’autres types de diagnostic psychanalytique qui sont couramment enseignés à l’université. Dans ce but, nous essayerons une comparaison initiale entre la doctrine des structures de la personnalité de Jean Bergeret et la doctrine des structures cliniques de Jacques Lacan.

Notre grille de lecture de ces conceptions se décline sur quatre rubriques, à savoir: le clinicien et son contexte, le concept central de sa doctrine, le noyau théorique de celle-ci et les caractéristiques dont le diagnostic structural est revêtu chez elle.

 

1.1. Bergeret et la doctrine des structures de la personnalité

 

a. Le clinicien et son contexte

Crédit de la photo : http://www.dunod.com/auteur/jean-bergeret
Crédit de la photo : http://www.dunod.com/auteur/jean-bergeret

Jean Bergeret (1923-2016) fut un psychiatre et psychanalyste français. Ayant passé une thèse de médecine en 1948, il s’est d’abord orienté vers la psychiatrie et la pédiatrie. En rejoignant après les files de la Société Psychanalytique de Paris (SPP, à l’époque la seule association de psychanalystes en France), il a été successivement sur le divan de quatre analystes avant d’en devenir un lui-même.

En 1958, il a fondé le Groupe lyonnais de psychanalyse, en continuité collaborative avec la SPP. Puis, il est aussi devenu enseignant à l’Université Lyon 2.

Son livre le plus célèbre, La personnalité normale et pathologique, est sa thèse d’État en Sciences Humaines – dirigée par Didier Anzieu, soutenue en 1973 à l’Université Paris-Nanterre et publié l’année suivante chez Bordas. Ce livre, à une époque considéré en France comme « le seul ouvrage de psychologie pathologique générale », a aussi connu trois éditions chez Dunod.

 

b. Concept central

La doctrine de Bergeret a pour concept central celui de structure de base de la personnalité, parfois tout simplement abrégé comme structure. Il le définit comme un ensemble individuel d’éléments métapsychologiques stables et profonds, constituant le plan latent sur lequel s’articule le fonctionnement psychique manifeste.

Ledit fonctionnement psychique a deux modalités – l’une normale, l’autre pathologique -, qui sont commandées par la structure de la personnalité. L’expression normale du fonctionnement est donné par le caractère, tandis que le fonctionnement pathologique se manifeste par les symptômes.

Une telle conception de la structure de la personnalité est étayée par Bergeret sur la fameuse métaphore minéralogique de Freud, que nous avons commenté dans un autre billet. Il se veut aussi en continuité avec les travaux psychogénétiques de Karl Abraham et de Robert Fliess.

 

c. Noyau théorique

Pour Bergeret, il existe deux grandes structures de base de la personnalité : la structure névrotique et la structure psychotique – le postulat fondamental de sa doctrine étant que la personnalité d’un individu peut fonctionner en mode normal ou en mode pathologique.

Quand la personnalité névrotique et la personnalité psychotique sont dans un bon état de marche interne et externe, l’individu manifeste un fonctionnement psychique normale, et le sceau de la structure apparaît simplement sur son caractère particulier.

Les décompensations de ces grandes structures donnent lieu à l’apparition de symptômes, décelables en tant qu’entités psychopathologiques : l’hystérie et la névrose obsessionnelle du côté de la névrose ; la schizophrénie, la paranoïa et la psychose maniaco-dépressive du côté de la psychose.

Ces distinctions semblent entièrement freudiennes. Néanmoins, Bergeret essaye d’aller au-delà de Freud – en proposant l’existence, à côté de ces deux structures authentiques, d’un ensemble de formes d’organisation psychique intermédiaires : les états limites.

Il entend par là des états de personnalité a-structurés (avec le « a- » privatif), qui luttent pour attendre un certain équilibre métapsychologique. S’ils y arrivent, l’individu présente une modalité de fonctionnement psychique pseudo-normal. Ce qui plus est, un bon aménagement de ces états peut leur donner la stabilité suffisante pour prendre la forme de perversions (au sens freudien du terme).

Si un état limite de la personnalité ne parvient pas à l’équilibre pseudo-normal, il peut faire place à un fonctionnement pathologique pouvant aller jusqu’à la régression psychosomatique.

 

d. Caractéristiques de ce type de diagnostic structural

L’activité diagnostique relevant de cette doctrine se caractérise par plusieurs traits particuliers. On en retiendra les suivants :

  • Une étanchéité nosographique : La structure névrotique, la structure psychotique et l’a-structuration limite sont des catégories diagnostiques mutuellement excluantes. Du coup, un individu névrotique ne pourra jamais devenir psychotique ni borderline, un état limite ne constituera en aucun cas une névrose ou une psychose.
  • Une causalité psychogénétique : Le déterminant de la structuration (névrotique/psychotique) ou de la a-structuration (limite) de la personnalité se trouve dans le moment particulier des fixations libidinales et dans l’absence/présence de traumatisme désorganisateur précoce.
  • Une simplicité schématique : Les fixations les plus anciennes correspondraient aux structures psychotiques (stade oral de succion pour la schizophrénie, stade orale sadique pour la psychose maniaco-dépressive, stade anal expulsif pour la paranoïa). Au-delà de ces étapes du développement psychosexuel, il y aurait une sorte de ligne divisoire (dividing line) qui marquerait les fixations propres aux structures névrotiques (au stade anal retentif pour la névrose obsessionnelle et au stade phallique pour l’hystérie). Les états limites, quant à eux, dériveraient d’un traumatisme désorganisateur précoce qui a eu lieu au stade phallique et qui aurait empêché l’entré au conflit œdipien.
  • Une base sur des notions de la psychologie académique : Notamment sur la notion de personnalité (dont on connaît et l’aversion que Freud lui portait et la haute estimation que la psychologie états-unienne a d’elle), mais aussi sur la notion de caractère (anachronique à part entière dans la psychopathologie depuis les années 1930).

 

1.2. Lacan et la doctrine des structures cliniques

a. Le clinicien et son contexte

Crédit de la photo : http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Jacques_Marie_Lacan/128309
Crédit de la photo : http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Jacques_Marie_Lacan/128309

Jacques Lacan (1901-1981) fut également un psychiatre et psychanalyste français. Ayant passé sa thèse de psychiatrie en 1932, il est entré en analyse à la SPP et devenu à son tour psychanalyste en 1936.

Il renonça à la présidence de la SPP en 1953 pour rejoindre un groupe d’analystes dissidents et fonder avec eux la deuxième association psychanalytique de France : la SFP (Société française de psychanalyse). La même année, il commence à soutenir, dans son Séminaire pour la formation des psychanalystes, la devise d’un retour à Freud – à une époque où les textes du père de la psychanalyse n’étaient plus lus.

Il sera chassé de la SFP en 1964 et fondera l’EFP (École française de psychanalyse, puis rebaptisée comme École freudienne de Paris), qu’il dissoudra en 1980.

La dernière institution psychanalytique dont il sera le promoteur est l’École de la cause freudienne (ECF), qui existe toujours.

 

b. Concept central

Forgé par Jacques-Alain Miller en 1981, pendant les derniers mois de vie de Lacan, le concept de structure clinique est venu souder la doctrine psychopathologique du ré-inventeur de la psychanalyse avec un syntagme (structure clinique) dont la parution dans le milieu français se rapporte au moins aux années 1950.

Le concept de structure clinique désigne en premier lieu l’ensemble formé par la structure névrotique, la structure psychotique et la structure perverse. La structure clinique du sujet est l’effet particulier de la structure du langage sur celui-ci.

En suivant l’orientation des enseignements de Lacan, la doctrine des structures cliniques a été davantage systématisé par les psychanalystes du Champ freudien à partir des années 1980.

 

c. Noyau théorique

Deux niveaux sont distinguables dans le concept de structure clinique. D’un côté, il se réfère au triptyque freudien des structures subjectives : Névrose, Psychose, Perversion (triptyque que Jean Laplanche aurait autant contribué à vulgariser à travers l’intitulé qu’il a donné en 1973 à un recueil de textes de Freud).

D’un autre côté, structure clinique également à désigner chacun des types cliniques de la névrose (hystérie et névrose obsessionnelle) et de la psychose (schizophrénie, paranoïa, mélancolie), et chacune des variétés cliniques de la perversion (fétichisme, sadisme, masochisme, exhibitionnisme, voyeurisme).

La localisation du sujet comme ayant une structure clinique particulière relève d’une prise de paris inconscients sur le désir et la jouissance, au moment mythique de la confrontation primordiale à la structure du langage.

La normalité et la pathologie se vivent toujours à l’intérieur d’une structure clinique particulière – étant articulées aux notions de suppléance et déclenchement.

 

d. Caractéristiques de ce type de diagnostic structural

L’activité diagnostique relevant de cette doctrine se caractérise par plusieurs traits particuliers. On en retiendra les suivants :

  • Une étanchéité nosographique : La structure névrotique, la structure psychotique et la structure perverse sont des catégories diagnostiques mutuellement excluantes. Du coup, un sujet névrotique ne pourra jamais devenir psychotique ni pervers, un psychotique ne pourra en aucun cas avoir une structure clinique névrotique ou perverse, et un sujet pervers ne deviendra ni névrosé ni psychotique.
  • Une causalité logique : Le déterminant de la structure du sujet est la politique que le sujet mènera par rapport à la castration. L’inscription subjective dans le langage forcera un série de paris inconscients par rapport à la jouissance et au désir.
  • Une complexité heuristique : Cette doctrine exige, de la part du clinicien, un maniement a minima des grandes articulations théoriques de Lacan – ce qui ne la rende ni simple ni schématique. Par contre, elle permet au clinicien d’orienter la direction de la cure, le maniement du transfert et la transmission et l’élaboration du cas clinique.
  • Une base sur la subversion psychanalytique de la psychopathologie : La clinique condescend à la psychopathologie au moment du diagnostic structural, pour subvertir chacune de ses dimensions (nosologie, nosographie, pathogénie, séméiologie et étiologie).

Auteur : Miguel Sierra Rubio

Psychologue clinicien, enseignant universitaire et jeune chercheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *