Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (II)

Voici quelques notes préparées pour la leçon 2/3 de mon intervention au CM « Psychologie clinique » à l’Université Rennes 2. L’objectif de cette intervention a été de présenter le diagnostic structural lacanien comme une « cartographie de la subjectivité désirante » dont le clinicien peut tirer parti pour sa pratique.

Le contenu de cette deuxième leçon est double : il porte d’abord sur des précisions terminologiques de la pensée lacanienne, ensuite sur les coordonnées de repérage de la structure névrotique.

2. B-a-ba du vocabulaire de Lacan

On fera ici un petit abrégé des notions principales relevant de la pensée de Lacan, qui sont nécessaires pour mieux comprendre la doctrine des structures cliniques.

  1. Réel, imaginaire, symbolique. Ces sont les trois registres dont Lacan situe toute réalité humaine. L’imaginaire est le règne de l’image (physique et psychique), autrement dit de la représentation. Le symbolique est le domaine du signifiant, du langage. Le réel échappe à l’imaginaire et au symbolique (et se distingue par cela de « la réalité », qui est justement composée d’un entrelacs imaginaire et symbolique) ; il s’agit d’un registre que seul peut être saisi à partir de l’impasse logique, et qui est énoncé comme « l’impossible ».
  2. Image spéculaire, stade du miroir. La mise en place du registre imaginaire est commandé par l’installation de l’image spéculaire pendant le stade du miroir. À un âge d’entre 6 et 18 mois de vie, le petit sujet découvre l’image de son corps dans le miroir : une image unifié, unitaire et unifiante, qui contraste avec le vécu qu’il a de son corps comme morcelé. L’effet principal de l’installation d’une telle image est la formation du moi (qui est, à ce titre, imaginaire).
  3. Structure du langage : signifiant, signifié, point de capiton. À la base, le signifiant (S) est un élément langagier qui, de par son travail en réseau, structure synchroniquement le matériel du langage ; Lacan néanmoins étend cette notion au-delà des simples signifiants verbaux (phonèmes, mots, phrases) : tout ce qui puisse se structurer sous le mode du signifiant linguistique viendra alors occuper sa place comme signifiant lacanien.  Le signifié (s) est, pour sa part, un autre réseau d’éléments, « l’ensemble diachronique des discours concrètement prononcés » qui « réagit historiquement » sur le réseau du signifiant, « de même que la structure de celui-ci commande les voies du second. » Les deux réseaux, celui du signifiant et celui du signifié, ne s’accordent pas de façon fixe et harmonieuse ; il sont plutôt comme séparés pour une barre : S/s. Il arrive de temps à autre qu’un signifiant s’associe à un signifié : le résultat s’appelle la signification – soit la réalisation concrète du signifié à un moment donné. Cette éventualité est commandé cependant par les lois du signifiant, qui a toujours le primat sur le signifié. La mise en rapport des deux réseaux se fait par un point de capiton. Il s’agit de l’opération, dans l’après-coup, par laquelle « le signifiant arrête le glissement autrement indéfini de la signification » − ancrage qui établit une certaine ponctuation.
  4. Sujet. Le sujet est « le rapport de l’individu avec le signifiant, avec sa structure » , si bien que ce rapport le confère son être à lui. En soi-même, le sujet manque à être – c’est le signifiant qui lui donne l’illusion d’être. Tous les deux, le sujet et le signifiant, entretiennent une relation si étroite que leurs définitions sont circulaires : « un signifiant représente un sujet pour un autre signifiant », et réciproquement, le sujet « c’est ce que le signifiant représente, et il ne saurait rien représenter que pour un autre signifiant : à quoi dès lors se réduit le sujet qui écoute. » Le sujet de l’inconscient est sujet barré, il se constitue d’une division, un clivage signifiant.
  5. Chaîne signifiante, Autre. Les signifiants s’articulent et se déploient dans le temps en suivant une direction. Ce qui s’appelle le discours n’est qu’ « une chaîne temporelle signifiante. » Et voici le corollaire psychanalytique majeur : que l’inconscient, « à partir de Freud, est une chaîne de signifiants qui quelque part (sur une autre scène, écrit-il) se répète et insiste pour interférer dans les coupures que lui offre le discours effectif et la cogitation qu’il informe. » L’endroit où la chaîne signifiante inconsciente insiste et se répète corresponde, dans la conception lacanienne, à la notion d’Autre – écho de la freudienne autre scène. Aussi désigne-t-on par l’Autre « le lieu même qu’évoque le recours à la parole dans toute relation où il intervient » – c’est-à-dire le lieu du code, où ça parle. Il est en cela que prend sa valeur la formule si connue : « l’inconscient, c’est le discours de l’Autre. »
  6. Métaphore, métonymie. Pour que le sens prenne place dans le champ des effets du signifiant, il y a « deux versants générateurs du signifié » : et la métonymie et la métaphore. Elles sont respectivement déterminées « par le double jeu de la combinaison et de la substitution dans le signifiant ». La métonymie relève ainsi d’une combinaison de signifiants produisant un déplacement de sens, un transfert de dénomination, un virement de signification. Voici l’exemple souvent cité par Lacan : « Au lieu de dire trente rafiots, vous dites : trente voiles, au lieu de deux bêtes humaines […], vous dites : deux âmes. » Dans la métaphore, par contre, il s’agit d’une substitution : un signifiant (S’) vient à la place d’un autre signifiant (S). Plus précisément, la métaphore est « l’implantation dans une chaîne signifiante d’un autre signifiant, par quoi celui qu’il supplante tombe au rang de signifié, et comme signifiant latent y perpétue l’intervalle où une autre chaîne signifiante peut y être entée. » L’exemple favori de Lacan en est un vers prélevé sur le poème Booz endormi de Victor Hugo : « Sa gerbe n’était point avare ni haineuse ». Il y a ici un effet de signification à propos de la paternité féconde de Booz, personnage biblique qui seule tardivement s’est procrée des descendants avec Ruth : le signifiant gerbe (S’) vient ici à la place du signifiant Booz (S) pour évoquer des chaînes signifiantes liées à la paternité et à la fécondité.
  7. Nom-du-Père. Que l’on se souvienne encore des réseaux du signifiant et du signifié. Le premier a été lié à la synchronie et le deuxième à la diachronie – la signification relevant de l’action du signifiant sur le signifié à travers les points de capiton. On peut avancer un pas de plus en posant la fonction particulière d’un signifiant exceptionnel : le Nom-du-Père. Pour Lacan, il serait « le signifiant qui dans l’Autre, en tant que lieu du signifiant, est le signifiant de l’Autre en tant que lieu de la loi ».  Il « redouble à la place de l’Autre le signifiant lui-même du ternaire symbolique [Père-Mère-Enfant], en tant qu’il constitue la loi du signifiant ». En incarnant l’Autre de la loi qui a trait à l’Œdipe et la castration, le Nom-du-Père montrera ses effets de symbolisation dans l’Autre du langage et permettre à la pensée symbolique – malgré la division tranchant les flots du signifiant et du signifié – de s’exercer – en autorisant leur rapport dialectique, son capitonnage synchronique, du côté du signifiant. Voilà pourquoi le signifiant du Nom-du-Père a un caractère d’exception.
    Le Nom-du-Père, en tant que père symbolique ou signifiant de l’Autre de la loi, se met en place par un procédé de métaphore (la célèbre métaphore paternelle, qu’on commentera après) donnant par résultat la signification à quoi toutes les autres significations se ramènent – soit la signification phallique : « La signification du phallus, avons-nous dit, doit être évoquée dans l’imaginaire du sujet par la métaphore paternelle. »
  8. Phallus. Dans la théorie lacanienne, il existe un autre « signifiant privilégié », même
    « fondamental » : le signifiant phallus. Il n’est ni un effet imaginaire du fantasme, ni non plus un objet partiel, et moins l’organe qu’il symbolise. Que le sujet prenne position dans le signifiant implique la perte – voire le sacrifice – d’un de ses signifiants entre autres : précisément, le phallus. Celui-ci est « le signifiant destiné à désigner dans leur ensemble les effets de signifié, en tant que le signifiant les conditionne par sa présence de signifiant ». À ce titre, il constitue « le signifiant du signifié en général ». Puisqu’il est soustrait à la chaîne de la parole, il circule partout dans le signifié et y « prend pour le sujet un rôle majeur, qui est
    celui d’objet universel ».
  9. Besoin, demande, et désir. Le besoin s’étaye sur l’ordre biologique et se satisfait d’un objet réel et précis, tandis que la demande relève de l’ordre langagier et s’adresse toujours à l’autre en attendant implicitement l’accord de son amour. Dès le départ, l’enfant a des besoins biologiques dons la satisfaction ne peut parvenir que par les soins d’un autre – auquel il fait d’abord appel par le cri, puis par la parole. Il y a ainsi un dénaturation du besoin : la structure signifiante impose sa grille, introduit le rapport à l’Autre et aliène du coup les besoins du sujet. En conséquence, le sens de la demande se passera de la satisfaction du besoin. La demande transmue génériquement en preuve d’amour la particularité de n’importe quel besoin. Mais cette particularité ainsi abolie réapparaîtra au-delà de la demande, soit sous la forme du désir. Le désir est ainsi la refente du besoin et la demande, « la différence qui résulte de la soustraction du premier à la seconde ».
  10. Jouissance, castration et objet petit a. La notion de jouissance occupe dans la pensée lacanienne la place de la libido dans la théorie freudienne. Elle est supposée de façon mythique comme étant dès les débuts de la vie de l’organisme qui deviendra sujet : il s’agit de la jouissance de l’être. L’entrée dans le langage visera à « civiliser » la jouissance en la faisant passer à travers un régulateur : soit, le signifiant Phallus. À partir de là, on parle de jouissance phallique, qui est propre à l’être parlant. Toutefois, pas toute la jouissance humaine est phallique : une femme est capable d’une jouissance supplémentaire, la jouissance Autre, qui n’est pas réglée par le Phallus. Quoi qu’il en soit, l’entrée du sujet dans le langage (donc, l’apprivoisement de la jouissance de l’être et sa transformation en jouissance phallique) exige une perte : le sujet doit renoncer à une partie de lui-même, doit s’auto-mutiler pour payer le prix de devenir être parlant. Voici le fondement de la castration : la partie extraite est précisément l’objet a. L’opération du Nom-du-Père sera alors d’inscrire dans des termes phalliques cette perte fondamentale.

 

 

3. La structure névrotique

On arrive au point central de notre élucidation : l’établissement des coordonnées de repérage qui distinguent les trois grandes structures cliniques – névrose, psychose et perversion.

Cette dernière partie du billet se focalise sur la névrose. Celle-ci se repère par les coordonnées suivantes :

  1. Elle est déterminée par la Verdrängung (refoulement). Le fonctionnement de la chaîne signifiante (le discours) est abrégé comme la mise en rapport de deux signifiants : S1 – S2. Chez le névrosé, un moment mythique signe cette mise en rapport : le moment de différenciation de ces deux places signifiantes. On parlera alors de refoulement primordial (Urverdrängung). Il est un effet secondaire de l’extraction de l’objet a. Du côté du savoir (S2) seront à partir de là articulés tous les signifiants qui dans l’histoire du sujet représentent du non-représentable, c’est-à-dire, des signifiants qui a chaque fois auront été en fonction de « représentant de la représentation » (Vorstellungsrepräsentanz) inconciliable avec le discours conscient. Le refoulé s’articule donc à l’insu du sujet ; là, il constitue petit à petit un savoir qui reste suspendu et qui demande à être ; il trouvera son expression la plus remarquable dans le symptôme névrotique. Le mécanisme du refoulement est structuré comme un phénomène de langage et la loi propre à la chaîne signifiante le régit. Le refoulement se retrouve au niveau de la clinique dans l’interruption du discours : « le sujet dit que le mot lui manque », il y a eu donc la « soustraction d’un signifiant ».
  2. Son ressort a une face signifiante et une face jouissive. L’origine d’une névrose dans un cas particulier peut être « mise en équation sous une forme signifiante » : soit, le repérage d’un entrecroisement de sa légende familiale d’avec les fantasmes du sujet – entrecroisement qui constitue le mythe individuel du névrosé. Entrecroisement, voire diplopie : les fantasmes du sujet dupliquent la légende familiale comme dans le cas de l’Homme aux rats (dette du père et dilemme de choix entre femme riche non aimée ou femme pauvre aimée, du côté de la légende familiale / dette du sujet et dilemme de choix entre femme riche non aimée ou femme pauvre aimée, du côté du névrosé). Voici donc la face signifiante du ressort de la névrose. Celui-ci peut aussi être approché en termes de sa face de jouissance. Ainsi « le point d’entrée par où la structure du sujet fait drame » est marqué dans sa biographie par le moment d’ « intrusion positive » d’une jouissance érotique qui fait briller la dépendance du sujet à l’égard du désir de l’Autre.
  3. Elle prend la forme d’une question. Lacan la saisit d’une façon double : comme question existentielle et comme question sur la béance entre savoir et jouissance. D’une part, il s’agit d’une question « posée par le sujet au niveau de son existence même » et qui ne trouve pas de solution dans le signifiant. Chez l’hystérique (homme ou femme) cette question porte sur le sexe féminin et s’énonce d’un « qu’est-ce qu’être une femme ? » ; chez l’obsessionnel, le questionnement touche son rapport à la mort et au fait même d’exister : « Pourquoi est-il là ? D’où sort-il ? Pourquoi va-t-il disparaître ? ». Les symptômes névrotiques manifestent ce questionnement. Une autre façon de traiter théoriquement celui-ci est de considérer que la question névrotique porte sur la béance « qui s’ouvre entre savoir et jouissance », et que cela constitue le modèle du transfert des névroses. Ainsi, l’obsessionnel « se réfère au modèle du maître (…) suppose le maître savoir ce qu’il veut », y érige son S2. L’hystérique, en revanche, se réfère au modèle de la femme pour y ériger son S2 : elle « est intéressée, captivée par la femme en tant qu’elle croît que la femme est celle qui sait ce qu’il faut pour la jouissance de l’homme.
  4. Le symptôme névrotique a une face signifiante et une face de jouissance. Les névrosés sont des sujets qui vivent solidement installés dans le signifiant – c’est là l’effet de l’opération de la métaphore paternelle. Même s’il y aurait des éventuels « symptômes parapsychotiques » (dépersonnalisation, troubles du moi, sentiment d’étrangeté, d’obscurcissement du monde, etc.), notamment chez l’obsessionnel, il « n’y a absolument rien à craindre quant à la psychose ». La face signifiante du symptôme névrotique vient donné de par sa structure de métaphore : il s’agit d’un signifiant qui substitue « le signifiant énigmatique du trauma sexuel » dans la chaîne signifiante. Autrement dit, le symptôme est un « échafaudage de signifiants », édifié par-dessus le signifiant du refoulé primordial. Or, la face jouissive du symptôme tient à ce que « dans sa nature, (il) est jouissance » autosuffisante, puisqu’il n’appelle pas forcement l’Autre.
  5. Demande et désir : les imbroglios du sujet névrotique. La structure névrotique est possible par l’immixtion du sujet dans l’Autre, par intermédiaire de l’objet petit a que le premier a cédé. Dès lors, le désir du sujet est seulement saisissable dans le désir de l’Autre, et il faut ici rappeler que le propre de ce qui corresponde au désir est que cela ne peut pas se demander. Mais le problème en est justement que, dans toute névrose, « ce qui est de l’ordre du désir, s’inscrit, se formule, dans le registre de la demande ». Le névrosé devient ainsi « un certain sujet, dont le désir est que l’Autre lui demande ».
  6. Le fantasme fondamental de la névrose.  Le fantasme (S barré, poinçon, objet a) est une configuration du désir dans sa fonction inconsciente, c’est-à-dire, une articulation du désir de l’Autre – configuration qui s’est produite comme un effet secondaire de la métaphore paternelle. Il s’agit dans le fantasme d’une configuration qui règle le temps du névrosé par rapport à l’objet cause de son désir: l’hystérique est en avance, l’obsessionnel en retard. C’est le fantasme, en tant que fenêtre de la réalité psychique du névrosé, qui constitue un axiome structurant les symptômes de celui-ci.

Auteur : Miguel Sierra Rubio

Psychologue clinicien, enseignant universitaire et jeune chercheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *