Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (III)

Voici quelques notes préparées pour la leçon 3/3 de mon intervention au CM « Psychologie clinique » à l’Université Rennes 2. L’objectif de cette intervention a été de présenter le diagnostic structural lacanien comme une « cartographie de la subjectivité désirante » dont le clinicien peut tirer parti pour sa pratique.

Le contenu de cette dernière leçon examine les coordonnées de repérage de la structure perverse et de la structure psychotique. Une petite conclusion du cours est ébauchée également à la fin.

4. La structure perverse

La structure perverse est repérée par les coordonnées suivantes :

  • Elle est déterminée par la Verleugnung (déni) de la castration. Chez le pervers il y a une mise en place du Nom-du-Père, mais une récusation de l’érection du signifiant phallique. Le mécanisme à l’œuvre s’appelle Verleugnung, et s’explique sous le modèle du déni de la castration de la mère. Dans la chaîne signifiante de l’histoire du sujet primitif avec sa mère, il y a un arrêt « juste avant le moment où ce qui est cherché dans la mère, c’est-à-dire ce phallus qu’elle a et qu’elle n’a pas, doit être vu en tant que présence-absence et absence-présence ». La suite de la chaîne de mémoire continuera alors de façon voilée, en laissant comme indice du point d’arrêt, de la coupure signifiante de l’histoire, l’objet fétiche. Le Phallus ne disparaît pas comme signifiable mais se localise dans le réel : c’est le fétiche fondamental retrouvé dans toute structure perverse.

  • L‘acte pervers et la dé-subjectivation du symbolique. Lacan définit l’acte comme « le seul lieu où le signifiant a […] la fonction […] de se signifier lui-même ». Dans l’acte, le sujet est « représenté comme division pure » et la portée de son acte lui apparaît comme non-reconnaissable. Le passage à l’acte pervers est ainsi un signifiant qui se répète de façon symptomatique, et dont le sujet ne sait pas ce qu’il fait lui-même comme sujet : devenir un instrument pur et simple de jouissance. Dans ce cadre, le registre imaginaire va l’emporter sur le symbolique. Le symptôme pervers est alors ce signifiant dé-subjectivé et mis « à l’état pur », qui garde « la charge non révélée, inconstituée, non assumée par le sujet – de ce qui est au niveau de l’Autre la structure articulée où le sujet est engagé. »

  • Les identifications perverses : à l‘Idéal du moi et à l’objet a. Pour Lacan, l’Idéal du moi est une place définie dans l’œdipe pour un signifiant particulier qui constitue le sujet primitif dans son être : le signifiant « Enfant désiré », qui le permet de se situer par rapport à la Mère et au Père. Lorsque ce signifiant vient faire défaut dans l’histoire du sujet, son entification peut se produire par identification du moi à un sujet du désir (image spéculaire, phallus imaginaire de quelqu’un d’autre) dont il projettera sa propre essence et duquel il restera, à partir de là, dépendant. Le cas de Gide est ici exemplaire. Mais il y a chez le pervers une autre identification fondamentale, qui a à voir avec la structure du circuit pulsionnel. En effet, le fonctionnement de la pulsion est un parcours de contournement de l’objet petit a, qui a été extrait du sujet. Dans le cas du pervers, il court-circuite ce contournement en s’identifiant à l’objet a.

  • Le bouchement imaginaire de la castration dans l’Autre. Dans la perversion, le sujet prend soin « lui-même de suppléer à la faille de l’Autre »… plus précisément, de suppléer à la faille de l’Autre sexe. Il faut qu’il y ait une femme non châtrée, c’est pourquoi « le pervers est celui qui se consacre à boucher le trou dans l’Autre » – restitution qui est seulement possible par voie imaginaire. Lacan privilégie deux formes de l’objet petit a pour expliquer la perversion : soit, la voix et le regard. Dans le masochisme et le sadisme, il s’agit de compléter l’Autre par l’objet voix ; tandis que dans l’exhibitionnisme et le voyeurisme, cela se fait par l’objet regard.

  • Désir et phallus imaginaire : l’impératif de la jouissance. Chez le sujet pervers, le désir se présente comme volonté de jouissance, une subversion de la loi qui contraint le sujet à s’identifier à l’objet du fantasme. Un tel impératif de jouissance a été paradigmatiquement exprimé chez Sade : « J’ai le droit de jouir de ton corps, peut me dire quiconque, et ce droit, je l’exercerai, sans qu’aucune limite m’arrête dans le caprice des exactions que j’aie le goût d’y assouvir ». Ainsi, au contraire du désir du névrosé, le désir du pervers ne vise pas l’objet a mais le phallus imaginaire. Si la castration consiste au sacrifice du phallus imaginaire du sujet afin que le signifiant Phallus puisse être instauré, le déni pervers de la castration constitue le désir avec une tendance à ré-positiver le phallus sacrifié.

  • Le fantasme pervers. Il est saisissable seulement dans le passage à l’acte, qui nous apprend que dans la perversion « tout l’accent du fantasme est mis du côté du corrélatif proprement imaginaire » de l’objet. Quelque chose du rapport essentiel du sujet à son être « se trouve fixé dans les éléments imaginaires […] sous une forme essentiellement localisée ». Le pervers se soutient d’un « effet inverse du fantasme » – à savoir, que c’est « le sujet qui se détermine lui-même comme objet, dans sa rencontre avec la division de la subjectivité ».

 

 

5. La structure psychotique

La structure psychotique peut être repérée à partir des coordonnées suivantes :

  • Elle est déterminée par la Verwerfung (forclusion) du signifiant du Nom-du-Père. Le sujet psychotique est celui qui a exclu un signifiant primordial du premier corps de signifiant qui incorporent symboliquement le monde dans l’individu. Tel signifiant qui fait défaut d’existence « dans la symphyse même du code avec le lieu de l’Autre » s’appelle le Nom-du-Père – soit, le signifiant qui, ordonnant l’articulation de la chaîne symbolique, fait la loi du signifiant. L’effet majeur de sa forclusion est que « le désir de l’Autre, nommément de la mère […] n’est pas symbolisé dans le système du sujet psychotique, et, de ce fait, la parole de l’Autre ne passe nullement dans son inconscient, mais l’Autre en tant que lieu de la parole lui parle sans cesse ».
  • Les phénomènes élémentaires et les effets d’holophrase. Le sujet psychotique se suffit d’un « Autre préalable », soit non-barré, comme effet de la forclusion du Nom-du-Père. Cliniquement, on remarquera un réception de « phénomènes de code » (locutions néologiques, par exemple) et de « phénomènes de message » (hallucinations de message interrompu chez Schreber) qui viennent de l’Autre préalable et qui entraînent pour le sujet une signification personnelle. Ces « phénomènes élémentaires » constituent des indices de la forclusion du Nom-du-Père. Dans les termes de la chaîne signifiante S1–S2, ces phénomènes se présentent « lorsqu’il n’y a pas d’intervalle entre S1 et S2, lorsque le premier couple de signifiants se solidifie, s’holophrase ». Autrement dit, quand le sujet psychotique n’est pas capable de décoller la duple signifiante S1–S2, elle s’impose comme discours de l’Autre « par l’entremise d’une hallucination, d’une intuition, d’un postulat, d’une conviction ou d’une interprétation » dont le sujet est sûr.
  • Les manifestations « bruyantes » de la psychose se produisent à partir du déclenchement. La conjoncture dramatique où se déclenche la psychose consiste à ce qu’un élément réel vient se situer « en position tierce dans quelque relation qui ait pour base le couple imaginaire a-a’, c’est-à-dire moi-objet ou idéal-réalité, intéressant le sujet dans le champ d’agression érotisé qu’il induit ». Du fait qu’il sollicite le signifiant du Nom-du-Père là où il est absent (P0), cet élément tiers est désigné dans la doctrine lacanienne comme Un-père. Or, le trou à la place du Nom-du-père constitue pour le sujet un manque de support de la chaîne signifiante, si bien que « ce qui a été rejeté du symbolique reparaît dans le réel » (par la voie de l’hallucination). Cette réapparition entraîne pour le sujet un deuxième trou : le vide énigmatique laissé par l’élision du signifiant Phallus0), avec la prolifération de significations que, faute de capitonnage, portent atteinte « au joint plus intime du sentiment de la vie ».
  • Le symbolique fonctionne hors-discours. Comme conséquence de la forclusion du signifiant primordial, le symbolique fonctionne hors-discours, entraînant une « suppléance du symbolique pour l’imaginaire », une « subduction du réel » lorsqu’il « vient prendre place dans cette carence du signifiant » et une sorte de transparence dans l’opération psychotique de l’organisation signifiante : « nulle part le symptôme, si on sait le lire, n’est plus clairement articulé dans la structure elle-même ». Le « hors-discours » de la psychose veut dire que la topologie de la parole réglant les rapports entre les quatre termes du discours ne saurait donner les coordonnées de l’énoncé chez le psychotique. En effet, lors de l’émergence des symptômes psychotiques, le fonctionnement holophrasique de la chaîne signifiante fait obstacle à la production d’un sujet barré qui n’aurait pas l’objet a dans sa poche. Le sujet non barré est alors parasité par le discours de l’Autre.
  • Désir, corps et jouissance encombrante. Le ressort de la psychose est le rapport du désir au corps. Freud avait distingué les psychoses (névroses narcissiques) par le réinvestissement de la libido sur le corps propre. Lacan retraduit cette formule en remplaçant la théorie de la libido pour sa théorie du désir – étant le désir ce que de la libido passe au signifiant. En effet, la constitution du désir chez le psychotique ne se fait pas par les voies qui empruntent et le névrosé (voie de l’Autre) et le pervers (voie du phallus imaginaire) : il a plutôt affaire à un support très précaire du désir – son corps, mortifié de par l’élision du Phallus. Ainsi les choses, la libido brute qui ne peut pas passer au signifiant, se règle sans médiation symbolique sur le corps : il s’agit alors d’une jouissance encombrante.

 

Conclusion

Névrose, psychose et perversion ont été ici présentées en tant que trois « continents » séparés, dont la cartographie se fait en fonction des avatars de la constitution du désir. Certes, les coordonnées minimales de cette cartographie convoquent une multitude de concepts de la théorie lacanienne, ce qui n’est pas toujours facile à digérer par le clinicien néophyte.

Néanmoins, l’effort intellectuel qui est demandé par cette doctrine des structures cliniques porte ses fruits : elle est d’une grande utilité pour le saisissement du point du singularité du patient, pour la direction de la cure et pour la transmission du cas. La différentier des doctrines diagnostiques concurrentes – comme celle des structures de la personnalité – est alors d’une nécessité primordiale.


Auteur : Miguel Sierra Rubio

Psychologue clinicien, enseignant universitaire et jeune chercheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *