L’écriture du “non-mot” chez Samuel Beckett : quand le réel prend corps entre deux langues

A l’occasion du colloque international “Réel, écriture et corps”, qui s’est tenu à l’Université catholique de l’Ouest à Angers en janvier dernier, je suis intervenu à propos de Samuel Beckett.

Pour ma réflexion, j’ai choisi de partir de ce constat: à la fin des années quarante, Beckett a donne forme à ses œuvres les plus connues – la pièce de théâtre En attendant Godot, ainsi qu’une trilogie romanesque composée par Molloy, Malone meurt et L’Innommable. L’auteur irlandais a écrit ces ouvrages directement en français. Puis, pendant la décennie suivante, il les a ré-écrit dans sa langue maternelle.

D’après moi, cette traversée entre deux langues lui aura permis de stabiliser sa structure psychotique par l’invention d’une littérature du « non-mot », de laquelle son style d’écriture rend compte. Qu’est qui du réel peut prendre corps dans une telle invention ? C’était la question centrale que j’ai tentée d’élucider.

Voici l’enregistrement sonore de mon intervention, intitulée “L’écriture du ‘non-mot’ chez Samuel Beckett : quand le réel prend corps entre deux langues”. Il se déplie sur trois volets :

1. Qui était Beckett ?

2. Quel était son rapport au corps, aux langues et au langage ?

3. Comment son écriture du non-mot donne corps au réel ?


Auteur/autrice : Miguel Sierra Rubio

Psychanalyste, Psychologue clinicien, Chercheur, Auteur, Formateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.