Hommages de Miguel Sierra Rubio & Georges Kassai à François Sauvagnat (1951-2020)

Le Pr François Sauvagnat est décédé le 14 mai 2020 à Paris, à l’âgé de 69 ans. Sa grande érudition, ainsi que sa voix profonde et vivante, avaient marqué les esprits de plusieurs promotions d’étudiants des universités de Paris-X, Paris-VII et Rennes-2. Sa nomination en tant que maître de conférences dans ce dernier établissement en 1990 (puis comme professeur en 1994) avait configuré l’une de ses habitudes pendant les semaines de cours, à savoir : l’aller-retour entre Rennes et la ville de Paris – où il avait son domicile personnel et son cabinet de psychanalyse.

Ce bureau, situé dans le 16ème arrondissement, a été pendant des années l’un des pôles de son séminaire des doctorants (l’autre se trouvant, tout naturellement, dans les locaux de l’Université de Rennes-2). Venus des quatre coins de la France, ainsi que de plusieurs pays de l’Europe et d’ailleurs (notamment de l’Amérique Latine), nous y étions au rendez-vous, tous les quinze jours, pour prendre la parole et restituer nos avancés de thèse en présence de nos camarades. C’était là une discipline à laquelle Sauvagnat tenait, et qui en dit large sur sa rigueur en tant que directeur de recherches. En complément, un séminaire ouvert – dont les sièges les plus emblématiques ont été l’École Normale Supérieur et l’Institut de Hautes Études en Psychanalyse – réunissait autour de lui ses étudiants et ses anciens doctorants, ainsi qu’éventuellement des linguistes et des psychanalystes invités. Car c’était bien cela l’une des spécificités de sa démarche d’investigation : son approche pluridisciplinaire des questions psychopathologiques, repérable dans son enseignement et tout au long de ses plus de 300 publications (entre articles, chapitres de livres et ouvrages entiers en collaboration).

François Raymond Sauvagnat est né à Paris le 20 avril 1951. Avant de se consacrer à l’enseignement universitaire, il a travaillé en tant que psychologue dans un haut-lieu de la psychiatrie française du XXème siècle : le Centre hospitalier Henri Ey, à Bonneval (Eure-et-Loire). Citoyen du monde, il parlait couramment l’anglais, l’espagnol et l’allemand, tout en ayant également des solides notions d’autres cinq langues. Sa formation universitaire a été très variée : d’abord diplômé en Lettres classiques par l’Université de Paris-X en 1972, il obtiendrait à la suite cinq diplômes de deuxième cycle – Lettres classiques (1973), Linguistique (1975), Psychologie clinique (1976), Sciences de l’éducation (1978), Sciences des textes et documents (1979) –, ainsi qu’un doctorat en Sciences des textes et documents en 1983.

L’auteur de ces lignes a eu le bonheur de fréquenter François aussi en tant qu’ami. Je me souviendrai toujours de sa manière si fine – derrière un semblant un peu distant – de vous accueillir, de vous avoir à l’esprit et de vous faire une place à ses côtés. Nous avons partagé, pendant mon année d’ATER à Rennes-2, les couloirs de l’université. Il s’est toujours intéressé à ce qui se passait dans ma vie personnelle et professionnelle : l’évolution de mon couple (il était en quelque sorte notre « cupidon », car ma femme, Nathalie Sierra-Scroccaro, et moi-même nous sommes rencontrés à son séminaire doctoral), l’arrivée de mon premier enfant, mes projets de publication, puis ma pratique clinique auprès de personnes exilées… Depuis, chaque fois qu’il organisait un évènement académique, je recevais son invitation à proposer une intervention.

La crise sanitaire et le confinement de 2020 ont été particulièrement durs pour lui. On le percevait dans sa voix, lors de son passage à la radio à l’époque. L’impossibilité de voyager pour le travail (il intégrait plusieurs réseaux de recherche à l’international) et pour revoir ses proches expatriés en outre-mer ont dû beaucoup le miner. J’avais tout arrangé pour qu’il s’exprime « en streaming » pour un public d’analystes de l’Amérique Latine, fin mai. L’appel m’annonçant sa disparition soudaine, deux semaines avant l’évènement, m’a profondément secoué. Pour me remettre de cette perte, il m’aura fallu le temps d’aller sur sa tombe à Veneux-les-Sablons et de rencontrer ses proches, ainsi que de m’entretenir avec Georges Kassai – son ami et ancien directeur de thèse, qui n’était pas au courant de son décès. Le lecteur trouvera ensuite l’essentiel de mes échanges avec Mr Kassai, qui a accepté de les publier pour prolonger l’hommage à notre ami commun.

– Miguel SIERRA RUBIO1

Entretien avec le Pr Georges Kassai

Note de l’intervieweur. Cet hommage est la transcription d’un échange avec le Pr Georges Kassai, ancien directeur de thèse et ami personnel de François Sauvagnat, tenu en mai 2021. Aux premiers contacts par courrier électronique a suivi un dialogue complémentaire par téléphone. Je remercie Mr Kassai autant pour la gentillesse de son témoignage que pour son autorisation à le publier.

Miguel Sierra Rubio (M. S. R.) – Cher Monsieur, vous êtes linguiste, traducteur et ancien directeur de recherches au CNRS, ainsi qu’ancien chargé de cours au sein de l’UER « Sciences des textes et documents » de Paris-VII. Vous avez également publié quelques articles où le nom de Freud et ceux d’autres analystes se font jour. Quelle place a occupé la psychanalyse dans votre activité (et peut-être dans votre vie) ?

Georges Kassai (G. K.) – La psychanalyse me préoccupe depuis mon adolescence hongroise (j’ai quitté la Hongrie à l’âge de seize ans, j’en ai quatre-vingt-dix-neuf actuellement), mais c’est à la faveur de la traduction de L’instinct filial d’Imre Hermann que j’ai pu approfondir mes connaissances dans ce domaine. Cet ouvrage d’Imre Hermann comporte de nombreuses citations de Freud dont j’ai dû rechercher les traductions françaises, travail qui m’a incité à lire les livres de Freud où elles figuraient. J’ai donc acquis une modeste culture psychanalytique. Peu après, j’ai dirigé, à Paris III, où je me suis vu confier un enseignement de sémiologie, un séminaire de sémiologie psychanalytique où nous avons étudié les principales œuvres de Freud. J’étais très lié avec les psychanalystes Nicolas Abraham et Marika Torok qui m’ont beaucoup aidé pour mes traductions d’Imre Hermann. Dans les années 1980, j’ai publié dans Perspectives psychiatriques un article intitulé « Hermann et le langage ».

M. S. R. – Comment, quand et où avez-vous rencontré François Sauvagnat ? Souhaitait-il déjà devenir psychanalyste ? Lacanien ? Comment pourriez-vous le qualifier, le décrire ?

G. K. – Au début des années soixante-dix j’enseignais d’abord l’allemand, puis la linguistique, à l’École pratique du service social (boulevard Montparnasse), où j’avais un appartement de fonction. C’est là que j’ai connu François, quand il est venu enseigner la psychologie à un public de futurs assistants sociaux. À l’époque il fréquentait, me semble-t-il, le séminaire d’ethnopsychanalyse de Georges Devereux à l’École pratique des Hautes Études. Oui, il comptait devenir psychanalyste et déplorait le fait que Lacan, réputé trop inaccessible, soit si peu enseigné. François était un homme chaleureux, d’une écoute attentive.

M. S. R. – Avez-vous une idée de pourquoi vous a-t-il choisi en tant que directeur de thèse ? Et de pourquoi a-t-il préféré d’insérer sa recherche dans l’UER Sciences des textes et des documents plutôt que dans le Laboratoire de Psychanalyse et psychopathologie de Paris-VII ?

G. K. – Je ne connaissais pas à l’époque le Laboratoire dirigé par Jean Laplanche et je ne pourrais rien vous dire de pourquoi François n’y est pas allé. Quant à lui et moi, malgré la différence d’âge (j’avais trente ans de plus que lui), nous sommes passés d’être simplement des collègues dans l’enseignement à nous lier d’amitié. Je crois que c’est pour cela qu’il m’a choisi comme directeur de sa thèse. Mais tout ceci est venu dix ans plus tard, aux temps de ma nomination au CNRS.

M. S. R. – Les remerciements de François dans sa thèse ont été adressés à vous-même et aux personnes suivantes : Claire Roger, I. Fónagy, Y. Dorémieux, A. Guérineau, M. Levesque, R.-Y. Leborgne, J.-Y. Alexandre ainsi que leur équipe de l’hôpital Henri Ey, R. Boulay. Pouvez-vous dire un mot sur ceux que vous reconnaissez ? Comment François a-t-il élaboré son sujet de thèse avec vous ?

G. K. – François s’intéressait particulièrement aux problèmes de la voix, et, par conséquent, à l’énonciation, et surtout aux travaux d’Iván Fónagy sur les bases pulsionnelles de la phonation. Ce dernier, ami personnel de François et de moi-même, venait de publier son chef-d’œuvre, La vive voix : essais de psycho-phonétique.

En fait, je garde peu de souvenirs de la soutenance. Saussure, naturellement, y était souvent évoqué. En revanche, je me rappelle mieux du pot de thèse, tenu dans le café d’à côté (rires).

M. S. R. – Dans sa thèse, François fait référence à deux de vos articles : « Langage et psychanalyse » et « Nom propre, énonciation, appropriation ». Quelle empreinte pensez-vous avoir laissé chez votre ancien doctorant ? Aussi, avez-vous joué un rôle dans l’intérêt de François pour l’École hongroise de psychanalyse (Ferenczi, Hermann…) ?

G. K. – François m’a fait l’honneur de lire mes articles et de s’y référer quelquefois. En octobre 1988, il m’a invité au colloque de Bonneval, où j’ai parlé du poète Attila József et de ses psychanalystes hongrois. Il m’a conseillé d’inclure les travaux de Robert Bak dans la bibliographie. Le cas de József l’a toujours intéressé et j’y suis peut-être pour quelque chose. Avant sa thèse, néanmoins, il paraît qu’il avait déjà contacté quelques intellectuels du monde franco-hongrois et j’ai su qu’il a collaboré à une époque avec l’Université de Pécs, la plus prestigieuse de la Hongrie.

M. S. R. – Dix ans après sa thèse, François a fait une communication dans le colloque international que vous avez organisé, consacré justement au poète Attila József. Pouvez-vous dire un mot sur cette participation ? Et d’une manière générale, qu’est-elle devenue, votre relation avec François, après sa soutenance de thèse ?

G. K. – Après la thèse, nos rencontres se sont espacées. Sa communication à notre colloque de novembre 1993 a été ultérieurement publiée dans Le génie de la douleur, que vous pouvez consulter à l’Institut hongrois de Paris. François a participé aussi aux Rencontres en l’honneur d’Iván Fónagy, organisées à Budapest en mai 1997 ; sa contribution, « Pulsions dans le langage et langage des pulsions », figure dans les Actes de ce colloque. Dans Polyphonie pour Iván Fónagy, il a publié « La “désensorialisation” des hallucinations acoustico-verbales ». En 1999, il est retourné à Budapest pour assister au colloque organisé à l’occasion du centenaire de la naissance d’Imre Hermann, mais je n’ai pas trouvé de trace de sa communication. Puis, en 2012 ou 2013 il m’avait invité à faire une conférence à Rennes-2. Sur un plan plus personnel : quelquefois, nous (ma femme et moi) lui avons envoyé des patients. En 2018, je crois, il est venu chez nous : il était de retour de Suède et nous a parlé de son fils ; je lui ai posé des questions à propos du « sentiment océanique » chez Freud. Sa disparition a été une bien triste nouvelle.

– Georges KASSAI2

1Psychanalyste à Rennes. Docteur en psychopathologie et psychanalyse. Membre associé à l’unité de recherche multi-sites RPPsy, Université Rennes 2.

2Linguiste, traducteur, ancien directeur de recherche au CNRS et ancien chargé de cours à l’Université Paris-VII.



Citer ce billet
Miguel Sierra Rubio (2024, 23 mai). Hommages de Miguel Sierra Rubio & Georges Kassai à François Sauvagnat (1951-2020). Cristal psygnifiant | Cristal psignificante. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pj7

Auteur/autrice : Miguel Sierra Rubio

Psychanalyste, Psychologue clinicien, Chercheur, Auteur, Formateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search