Billets | Notas

Mise en avant

Beckett por siempre

Samuel Beckett en 1977, fotografía de Roger Pic (dominio público)

Un día como hoy, hace 31 años, moría en París el escritor irlandés Samuel Barclay Beckett. Incluso antes de su nominación al premio Nobel de Literatura, que le sería atribuído en 1969, un tal Jacques Lacan consideraba que el mundo de su época estaba ya « dominado por el genio de Samuel Beckett »1.

Claridad no ha faltado a los psicoanalistas para hallar en la herencia bio-bibliográfica de Beckett algunas pistas de solución a ciertos problemas cruciales del dispositivo analítico -desde la controvertida posibilidad del « auto-análisis »2 hasta las aporías del « análisis en lengua extranjera »3. Más aún, el manejo extraordinario de los equívocos, las imágenes poéticas a propósito de la imposible relación entre los sexos, así como la crítica despiadada del lenguaje, constituyen verdaderas anticipaciones beckettianas de ciertos resultados del psicoanálisis lacaniano4.

Por mi parte, aprovechando el aniversario luctuoso del autor de la trilogía novelesca MolloyMalone muereEl innombrable, de la obra dramática Esperando a Godot y de otros tantos textos que todavía no terminan de decir lo que dicen al hombre del siglo XXI, dejo aquí una lista de algunas cuestiones sobre el artista que interesan mis investigaciones actuales:

  1. ¿Cómo entender la « epifanía profana »5 experimentada por Beckett en 1947, que lo llevaría a romper con su estilo literario anterior y a forjar una escritura inédita? Cuestión tanto más importante cuanto que él mismo opondría su nuevo modo creador, basado en la sustracción de saber, al de Joyce, fundado en la adición de saber
  2. Habiendo auto-traducido sus obras más importantes del francés al anglo-irlandés, ¿por qué el resultado no fue « un original y una traducción », sino « dos originales »? ¿Qué brecha se abre hacia lo real en esa operación entre dos lenguas?
  3. ¿Cómo se explican topológicamente los efectos subjetivos de su escritura post-epifánica, que parecen haber conllevado cierto apaciguamiento de sus tendencias maniaco-depresivas y de sus sufrimientos del cuerpo?
  4. ¿En qué sentido puede leerse la analogía de proporcionalidad enunciada por Bousseyroux : « Beckett es a Joyce lo que Lacan es a Freud »6?

1 Lacan Jacques, Le Séminaire, livre XVI : D’un Autre à l’autre (1968-1969), Paris, Seuil, 2006, p. 11.

2 Anzieu Didier, Beckett et le psychanalyste, Paris, Mentha, 1992.

3 Cottet Serge, « Éloge de l’analyse en langue étrangère », L’information psychiatrique, 2007, vol. 83, no 9, p. 759‑764.

4 Kaltenbeck Frank, « La psychanalyse depuis Samuel Beckett », Savoirs et clinique, 2005, vol. 6, no 1, p. 191‑200.

5 Tal como lo sugiere el argumento de trabajo del grupo de investigación participativa « Épiphanies profanes, logiques de révélation et inventions subjectives. Témoignages et approches psychanalytiques », la noción de epifanía profana designa la ocurrencia de un fenómeno íntimo y soprendente para el sujeto, que fractura su habitus subjetivo y se revela decisivo para su destino personal al constituir el soporte de su producción futura: http://epiphaniesprofanesgr.blogspot.com/p/accueil.html, (consultado el 14/12/2020).

6 Bousseyroux Michel, Penser la psychanalyse avec Lacan. Marcher droit sur un cheveu, Toulouse, Érès, 2016, p. 138.

In memoriam – François Sauvagnat

Hoy se cumple el primer aniversario luctuoso de François Sauvagnat, quien fuera director de mi tesis doctoral y prologuista de dos de mis libros. En homenaje a ese erudito que marcó de múltiples formas mi trayecto profesional y personal, consigno en esta nota algunos datos de su biografía.

François Raymond Sauvagnat nació en París el 20 de abril de 1951. Antes de dedicarse a la enseñanza universitaria, trabajó como psicólogo en el hospital Henri Ey de Bonneval, sitio de renombre de la psiquiatría francesa. Padre de tres, casado en segundas nupcias con la psiquiatra y pintora Rokaya Boubakeur, se desempeñaba como docente titular universitario desde 1990 en la ciudad de Rennes y como psicoanalista lacaniano en su consultorio particular en París. Cada semana de cursos hacía en tren el viaje de ida y vuelta entre esos dos polos de actividad. En la capital francesa sostenía regularmente, además, un seminario de doctorantes en su domicilio particular y un seminario abierto, cuyas sedes más emblemáticas fueron la Escuela Normal Superior y el Instituto de Altos Estudios en Psicoanálisis.

Ciudadano del mundo, François hablaba fluidamente el inglés, el español y el alemán, teniendo igualmente nociones de al menos otras cinco lenguas extranjeras. Su formación universitaria fue muy variada. Licenciado en letras clásicas por la Universidad de Paris-X (1972), durante los siguientes diez años se consagraría a la obtención de diversos títulos de posgrado, a saber: cinco maestrías (letras clásicas en 1973, lingüística en 1975, psicología clínica en 1976, ciencias de la educación en 1978, ciencias de textos y documentos en 1979) y un doctorado (ciencias de textos y documentos, 1983).

Fruto de éste último posgrado, defendió en la Universidad de Paris-VII su tesis doctoral, intitulada «El estatuto de la voz en psicoanálisis: la pulsión invocante en Freud», dirigida por el lingüista y traductor húngaro Georges Kassai.

Su legado comprende más de 300 publicaciones (artículos, capítulos de libro y obras enteras en colaboración) que ponen en relación la psicopatología, el psicoanálisis, la lingüística, la criminología, la teoría de género y otros múltiples campos del saber. Escrita originalmente en español, destaca la monumental obra en 784 páginas: «Fundamentos de psicopatología psicoanalítica» (Madrid: Síntesis, 2004), que Sauvagnat publicara en colaboración con José María Álvarez y Ramón Esteban.

El 15 de mayo de 2020, a escasas semanas de la jubilación como profesor universitario -y con la salud fragilizada por un ataque cardiaco acaecido años antes-, se extinguió su luz, en las secuelas de un accidente cerebro-vascular. Dejó inconclusos, entre otros, los manuscritos anunciados de «Psicoanálisis y criminología», así como su «Historia de los fenómenos elementales psicóticos».

À propos de l’épiphanie profane de Samuel Beckett

Le lendemain de la Libération, Samuel Beckett entama un processus de reconstruction artistique. Ayant refusé, dans sa jeunesse, une carrière d’enseignant pour se frayer une voie comme auteur, il s’était déjà heurté à la réception mitigée de ses premiers ouvrages avant que la guerre n’entrave son élan créateur.

Expatrié en France à deux reprises, il a assisté un autre Irlandais, James Joyce, dans la préparation du manuscrit de Work in progress (finalement publié sous l’intitulé de Finnegans Wake). Devenu lui-même auteur, Beckett croyait à la direction inaugurée par son prédécesseur, qui allait en dépit des positions alors dominantes dans la littérature irlandaise. Mais au seuil de la quarantaine, les résultats de cet engagement étaient médiocres. Le premier roman qu’il a réussi à se faire publier en français, Murphy, en donne la couleur : 4 exemplaires vendus la première année, sur un tirage de… 3000 !

Comment Samuel Beckett aurait-il rebondi, jusqu’à devenir Prix Nobel de Littérature en 1969 ? Un vécu de révélation y aura compté pour beaucoup. Bien que l’épisode en question soit aujourd’hui un fait établi par les biographes, il n’est pas interprété sans ambiguïté. En effet, il y a des commentateurs qui prennent au sérieux l’expérience décrite par l’écrivain, tandis que d’autres, en méprisant (voire en déniant) sa réalité historique, la considèrent comme un canular créé et répandu par l’auteur lui-même1 – le « mythe fondateur d’une écriture enfin arrivée à maturité ».2

Dans les lignes suivantes on appréhendera ce tournant au prisme de la notion d’épiphanie profane. Celle-ci qualifie la survenue d’un phénomène intime et surprenant pour le sujet, qui fracture son habitus subjectif, s’avère décisif pour son destin personnel et fait support de sa production future.

La crise épiphanique de Samuel Beckett n’a pas été sans rapport avec sa mère. La mésentente entre les deux avait joué son rôle dans l’exil du jeune Samuel d’abord en France (1928-1930), ensuite en Angleterre (1932-1937), puis en Allemagne (1937-1938) et encore et de façon pérenne en France (à partir de 1938). Toujours empêtré par cette figure maternelle hautement dominante, il avouait à l’un de ses amis de jeunesse : « Je suis ce que son amour furieux a fait de moi »3.

Or, cette femme énergique à forte personnalité, May Beckett, s’est retrouvée veuve et souffrante au milieu des années trente. Au moment où la Seconde guerre mondiale prenait fin, son état physique et son esprit étaient déjà bien minés par la solitude, par son processus de vieillissement et par la progression de son parkinsonisme. Mu par l’ambivalence de leurs rapports, Samuel allait lui rendre visite en région dublinoise une fois par an, pendant plusieurs semaines. La révélation qui bouleversa la vie entière du fils s’est produite lors d’une de ces visites. Survenue dans la nouvelle chambre de sa mère (car celle-ci avait vendu « Cooldrinagh », la somptueuse maison de famille, pour s’installer dans une habitation plus modeste), cette révélation porta sur l’orientation de l’œuvre littéraire à venir.

I. L’épisode, de la fiction à la biographie

On abordera cet épisode à l’aide de la fictionnalisation que Beckett en a fait, dans sa pièce de théâtre « La dernière bande » (1959). Le seul personnage de ce monologue, un vieil écrivain dénommé Krapp, passe tous les ans le jour de son anniversaire à enregistrer des souvenirs sur des bandes magnétiques et à écouter une sélection de ses bobines d’antan. Sachant que la mort approche, il s’entend parler de ses amours perdues et du décès de sa mère. À un moment donné, il remet puis arrête et reprend nerveusement plusieurs fois une bande sur laquelle est enregistré le récit de jeunesse suivant :

« Spirituellement une année on ne peut plus noire et pauvre jusqu’à cette mémorable nuit de mars, au bout de la jetée, dans la rafale, je n’oublierai jamais, où tout m’est devenu clair. La vision, enfin [The vision, at last]. Voilà j’imagine ce que j’ai surtout à enregistrer ce soir, en prévision du jour où mon labeur sera… (il hésite)… éteint et où je n’aurai peut-être plus aucun souvenir, ni bon ni mauvais, du miracle qui… (il hésite)… du feu qui l’avait embrasé. Ce que soudain j’ai vu alors, c’était que la croyance qui avait guidé toute ma vie, à savoir — (Krapp débranche impatiemment l’appareil, fait avancer la bande, rebranche l’appareil) — grands rochers de granit et l’écume qui jaillissait dans la lumière du phare et l’anémomètre qui tourbillonnait comme une hélice, clair pour moi enfin que l’obscurité que je m’étais toujours acharné à refouler est en réalité mon meilleur — (Krapp débranche impatiemment l’appareil, fait avancer la bande, rebranche l’appareil) — indestructible association jusqu’au dernier soupir de la tempête et de la nuit avec la lumière de l’entendement et le feu — (Krapp jure, débranche l’appareil, fait avancer la bande, rebranche l’appareil) ».4

Dans ce récit, la voix enregistrée du jeune Krapp énonce trois aspects de son épiphanie profane au bout de la jetée :

  1. Les conditions de crise où l’épisode s’est produit : une année extrêmement « noire et pauvre » sur le plan des activités de l’esprit ;

  2. La nature de l’épisode : c’est une « vision » qui met un point final à cette crise – The vision, at last. Une vision arrivée soudainement, comme un « miracle », comme un « feu » qui « embrase » le « labeur » du personnage principal de la pièce et qui entraînera un « tournant » (ce dernier mot, turning point en anglais, était en fait à la place du mot vision dans l’avant-texte de la pièce de théâtre5) ;

  3. L’effet global de cette épiphanie : un changement d’orientation dans la vie du personnage, qui remet en cause de façon très claire une croyance l’ayant jusque-là guidé ; cette croyance, concernant une « obscurité » volontairement réprimée, s’avère finalement être fausse. Il ne faudrait plus réprimer la soi-disant obscurité, car elle serait en réalité une « lumière de l’entendement » – à tel point qu’elle deviendrait son meilleur « allié » (justement, ce dernier mot est celui qui manque au récit lorsque le vieux Krapp interrompt la démarche de l’appareil pour la deuxième fois).6

Sur la base schématique de cette fictionnalisation, de cette vision racontée à l’aide d’un magnétophone, tentons à présent de restituer les coordonnées de l’épiphanie profane que Beckett, l’auteur, aura lui-même vécue :

  1. Les conditions de crise où l’épisode s’est produit. Les experts de la « beckettologie » situent l’épisode en question entre 1945 et 19477. Cette hésitation se légitime du fait que Beckett a communiqué des renseignements divergents à des journalistes divers. Ainsi, Ellmann8 le situe entre avril et juillet 1945, tandis que pour Knowlson9 il se serait produit l’année d’après entre mai et juin. Selon Juliet10, néanmoins, la conséquence immédiate de cette expérience aura été le début d’un manuscrit inaugural, Molloy – c’est pourquoi l’épisode aurait dû arriver plutôt en avril-mai 1947. Nous retiendrons cette dernière datation comme hypothèse de travail, tout en remarquant que les hésitations biographiques susdites ne changent pas le contexte de la crise traversée par Beckett ces années-là, où la noirceur et la pauvreté intellectuelle semblent dériver de sa difficulté chronique à soutenir son activité en tant qu’auteur.

  2. La nature de l’épisode. La « vision » de Beckett – comme d’ailleurs celle du jeune Krapp – n’est pas une hallucination11. Elle ne correspond pas à un signifiant forclos qui ferait retour sur le registre réel en sonorisant l’objet voix (hallucination verbale), ni non plus à un bout de réel qui ferait retour sur le registre imaginaire (hallucination visuelle). Cette vision semble plutôt de l’ordre de ce qu’en anglais est désigné par le mot d’insight : un regard vers l’intérieur, qui est en même temps la prise de conscience d’une erreur et l’intuition du rectificatif à apporter. Samuel dira : « j’ai pris conscience de ma sottise […, j]’entrevis le monde que je devais créer pour pouvoir respirer. »12 Quelle est la sottise qu’il remet en question alors ? Il précise : « Jusque-là, j’avais cru que je pouvais faire confiance à la connaissance. Que je devais m’équiper sur le plan intellectuel. […] j’ai cherché à savoir, afin d’être en mesure de pouvoir. Puis je me suis aperçu que je faisais fausse route. »13 Sur cette fausse route, en effet, il avait conduit l’écriture de ses ouvrages les quinze ans antérieurs, en les formulant avec une prétention de maîtrise savante du monde fictionnel – une orientation qu’il tenait dès son contact avec James Joyce.

  3. L’effet global de cette épiphanie. Beckett, donc, considérait comme une « obscurité » l’écriture de l’œuvre de fiction sans le contrôle absolu de l’univers diégétique et des personnages inventés : c’est cela qu’il avait évité coûte que coûte dans ses productions de jeunesse. Cet idéal viendrait tomber par l’effet de la « vision », de manière que l’obscurité auparavant réprimée deviendrait une lumière à chercher : « je me suis mis à écrire des choses telles que je les sens. »14 Ce qui plus est : « J’ai réalisé que Joyce était allé aussi loin que possible pour en savoir toujours plus, pour maîtriser ce qu’il écrivait. Il le complétait sans arrêt ; on s’en rend parfaitement compte quand on regarde ses épreuves. J’ai réalisé que j’allais moi dans le sens de l’appauvrissement, de la perte de savoir et du retranchement, de la soustraction plutôt que de l’addition. »15

II. Vers un tournant écritural

Le résultat de cette épiphanie est objectivable de manière concrète dans les textes que Beckett produira par la suite – à commencer par les romans majeurs de ce qu’on nomme, après-coup, la « trilogie » (à savoir : Molloy, Malone meurt et L’Innommable), ainsi que dans la pièce de théâtre qui lui donnerait une célébrité mondiale : En attendant Godot.

Le premier de ces textes, Molloy, fut le cinquième roman tenté par Beckett. Celui-ci commença le manuscrit après son épiphanie, encore pendant la visite annuelle au chevet de sa mère. Ce roman inaugure une série qui, même si on la reconnaît « beckettienne dans sa thématique »16, se distingue formellement des travaux antérieurs de l’auteur. Les principales différences entre la « période pré-épiphanique » et la « période post-épiphanique » de l’œuvre de Beckett seraient, en synthèse, les suivantes :

  1. Les récits de jeunesse (par exemple, les romans Dream of Fair to Midding Women, Murphy, Watt, ou encore Mercier et Camier), où le narrateur n’est pas un protagoniste de l’histoire principale, ont été faits à la troisième personne. À partir de Molloy, par contre, on trouve un narrateur-protagoniste qui se raconte à la première personne du singulier.

  2. Bien que tous les personnages de Beckett soient d’autre monde, ceux des œuvres pré-épiphaniques ont besoin des éléments du monde réel pour « rendre cohérente leur histoire »17. En revanche, les personnages beckettiens d’après l’épiphanie s’en passent.

  3. Les manuscrits post-épiphaniques seront rapidement composés (Molloy en cinq mois, Malone meurt en six, En attendant Godot en trois et L’Innommable en dix), commencés et finis sans programme pré-conçu, et connaîtront relativement peu de retouches avant leur parution : « Jusqu’à [sic] 1952, j’écrivais très vite, sans ratures », dira Beckett18. Par exemple :« Quand j’ai écrit la première phrase de Molloy, je ne savais pas où j’allais. Et quand j’ai achevé la première partie, j’ignorais comment j’allais continuer. Tout est venu comme ça. Sans rature. Je n’avais rien préparé. Rien élaboré. »19

  4. Par conséquent, l’auteur ne maîtrise pas les personnages de ses textes post-épiphaniques ni leurs univers fictionnels. Ainsi, de sa pièce En attendant Godot, Beckett affirmera : « Je ne sais pas plus sur cette pièce que celui qui arrive à la lire avec attention. Je ne sais pas dans quel esprit je l’ai écrite. Je ne sais pas plus sur les personnages que ce qu’ils disent, ce qu’ils font et ce qui leur arrive. […] Je ne sais pas qui est Godot. Je ne sais même pas, surtout pas, s’il existe. Et je ne sais pas s’ils y croient ou non, les deux qui l’attendent. […] Tout ce que j’ai pu savoir, je l’ai montré. Ce n’est pas beaucoup. Mais ça me suffit, et largement. Je dirai même que je me serais contenté de moins. »20

  5. Dans les textes en prose et les poèmes des années trente, il y a une « profusion de citations et de clins d’œil érudits » qui « sert à élaborer des idées et des images intellectuellement très complexes »21. Dès Molloy, par contre, Beckett se moque – par la bouche du narrateur-protagoniste – de son propre amour de la connaissance pour elle-même : « On voit que je m’intéressais à l’astronomie, autrefois. Je ne veux pas le nier. Puis ce fut la géologie qui me fit passer un bout de temps. Ensuite c’est avec l’anthropologie que je me fis brièvement chier et avec les autres disciplines, telle la psychiatrie, qui s’y rattachent, s’en détachent et s’y rattachent à nouveau, selon les dernières découvertes. »22

  6. D’une façon semblable, les premiers travaux de Beckett se caractérisent par un style appris, dense, qui va jusqu’à l’imitation et la parodie d’écrivains comme T.S. Eliot et Joyce : « Le vocabulaire dans ces œuvres est un paradis pour le lexicographe ; les allusions, un purgatoire pour l’académicien ; la syntaxe, un enfer pour le grammairien. »23 Mais avec la trilogie post-épiphanique le style change : « L’écriture se fait plus sobre, les jeux verbaux et intertextuels moins nombreux, les allusions moins cryptiques »24.

Tous ces contrastes témoignent de la mise en route de Beckett vers un travail d’écriture autre, et cela à partir de son épiphanie profane. Bien que la manière pédagogique dont ils ont été présentés puisse donner l’impression d’un changement immédiat, il s’agit plutôt d’un aménagement diachronique – régi par les possibilités de la structure subjective –, dont les anticipations formelles étaient présentes dès la jeunesse de l’auteur, mais dont le point d’orgue se produira quelques années après la révélation, par l’écriture de L’innommable.

Références

1Hudhomme S., L’élaboration du mythe de soi dans l’œuvre de Samuel Beckett, 2015, Brill/Rodopi : Leiden/Boston

2Hunkeler T., « La paille des mots et le grain des choses: stratégies de dévalorisation chez Beckett », Samuel Beckett Today/Aujourd’hui, 1998, vol. 7: Beckett versus Beckett, p. 136.

3Beckett S., « Lettre à Thomas McGreevy du 06/10/1937 », Lettres I : 1929-1940, p. 596.

4Beckett S., La dernière bande, suivi de Cendres, Paris, Éditions de Minuit, 2005, p. 22.

5Manuscrit original, en anglais, de « La dernière bande » aux archives du Harry Ransom Center à Austin, Texas ; cité dans Bair D., Beckett, Paris, Fayard, 1979, p. 319.

6Knowlson J., Beckett, op. cit. p. 454.

7Pilling J., A Samuel Beckett Chronology, London, Palgrave Macmillan, 2006.

8Ellmann R., Four Dubliners: Wilde, Yeats, Joyce, and Beckett, 1994, New York : Braziller.

9Knowlson J., Beckett, op. cit., 1999.

10Juliet C., Rencontre avec Samuel Beckett, 1986, Montpellier : Fata Morgana.

11Un ouvrage célèbre la qualifiait de cette notion psychopathologique à une époque : Anzieu D., Beckett et le psychanalyste, 1992, Paris : Mentha.

12Juliet C., Rencontre avec Samuel Beckett, op. cit., p. 29‑30.

13Ibid., p. 38.

14Graver L. et Federman R., Samuel Beckett: The Critical Heritage,1999, New York : Routledge, p. 240.

15Knowlson J., Beckett, op. cit., p. 453.

16O’Reilly E.M., Van Hulle D., et Verhulst P., The Making of Samuel Beckett’s Molloy, 2017, London : Bloomsbury, p. 25.

17Bair D., Beckett, op. cit., p. 322.

18Kamel N., « Un après-midi avec Samuel Beckett », Samuel Beckett Today/Aujourd’hui, 2006, vol. 28, no 1: Special Issue: Beckett in Conversation, “yet again” / Rencontres avec Beckett, “encore”, 2006, p. 142.

19Juliet C., Rencontre avec Samuel Beckett, op. cit., p. 17.

20Beckett S. « Lettre à Michel Poloc pour une émission radiophonique, 1952 », en ligne : https://www.franceculture.fr/litterature/vladimir-estragon-ou-pozzo-eux-et-moi-nous-sommes-quittes-disait-beckett-en-1952

21Knowlson J., Beckett, op. cit., p. 454.

22Beckett S., Molloy, 1989, Paris : Minuit, p. 88.

23Rabinovitz R., The Developement of Samuel Beckett’s Fiction, 1984, Urbana/Chicago : University of Illinois Press, p. 176.

24Sardin P., Samuel Beckett et la passion maternelle ou l’hystérie à l’œuvre, 2009, Pessac : Presses universitaires de Bordeaux, p. 22.

Le concept de compensation en addictologie

Voici le résumé d’un article que je viens de publier en collaboration avec Nathalie Sierra-Scroccaro :

N. Scroccaro & M. Sierra Rubio (2020). Le concept de compensation en addictologie. Annales Médico-Psychologiques 178, 245–250.

La notion de compensation s’applique à la compréhension des polyconsommations. Les contours mal définis de cette notion compromettant toutefois son utilité clinique, l’objectif de cet article a été́ de revisiter ses premières assises pour justifier sa place dans le champ de l’addictologie. Une généalogie historique a été ainsi faite sur une sélection de la littérature, cherchant à retracer les origines du concept dans la neurologie et la psychopathologie du XIXe siècle et ses remaniements ultérieurs par la psychanalyse. Les résultats visent le raffinement conceptuel des compensations en addictologie, redéfinissant cette notion en tant que comportement ou processus qui, soutenu par des mécanismes psychiques conscients et inconscients, sert à moduler le manque de jouissance consécutif à la rupture d’avec une pratique addictive. Ce concept permet ainsi l’évaluation de la trajectoire d’un sujet qui s’adonne à plusieurs pratiques addictives, à approcher les complications liées à des sevrages et à estimer finement la question des liens entre addictions et troubles psychiques.

Il est accessible sur le site du diffuseur en cliquant ici.

Pré-conditions existentielles de la clinique psychanalytique

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2010 dans une revue à comité de lecture du Mexique.

Sierra Rubio, M. (2010). « Precondiciones existenciarias de la clínica psicoanalítica ». Enseñanza e Investigación en Psicología [Mexique] 15 (1), 217-227.

Le dialogue entre la psychologie et la philosophie est incontournable depuis qu’elles se sont séparées au XIXe siècle. Cet article vise à établir une résonance entre la pratique clinique de la psychanalyse, inaugurée par Freud, et la constitution existentielle de l’être humain telle qu’elle a été éclaircie par Heidegger dans son ouvrage classique Être et Temps.

L’hypothèse en est que les composantes heideggeriennes de l’« existentialité » peuvent être saisies en tant que pré-conditions ontologiques du dispositif clinique en psychanalyse. Certes, à elles seules les notions heideggeriennes de « disposibilité (Befindlichkeit) », « entendre (Verstehen) » et « parole (Sprache) » ne suffissent pas à rendre compte de ce qui se passe dans une psychanalyse ; mais il est impossible, également, de ne pas y porter l’attention à titre d’un a priori phénoménologique et herméneutique de la clinique du psychisme dont Freud a fait l’expérience germinale.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Les quatre moments de la « Vorstellung » freudienne

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2010 dans une revue à comité de lecture de l’Argentine.

Sierra Rubio, M. (2010). « Los cuatro tiempos de la Vostellung freudiana ». Revista Universitaria de Psicoanálisis [Argentine] 10, 35-55.

Le concept de Vorstellung (représentation) apparaît de 1888 à 1938 dans les écrits de Freud. Cela voudrait dire que ce concept a servi comme une sorte d’échafaudage théorique pour bâtir l’édifice de la psychanalyse pendant un demi-siècle. Muni de l’hypothèse selon laquelle la notion de représentation chez Freud ne reste pas toujours identique à elle-même, mais qu’elle aura subi des profonds remaniements au fur et à mesure des élaborations psychanalytiques, cet article essaye de rendre visibles les ruptures épistémologiques à l’œuvre.

On a ainsi déterminé quatre moments de la Vorstellung dans la production freudienne : (1) d’abord, la réception de la représentation en tant que concept hérité de la psychologie philosophique ; (2) ensuite, son forgeage comme concept proprement freudien ; (3) puis, sa subversion métapsychologique ; et (4) finalement, ses derniers développements à partir du tournant des années 1920.

Si en (1) on a affaire à la représentation in statu nascendi, puisqu’il s’agit de pointer avec ce mot tout simplement l’existence d’une trace mnésique dans le psychisme, en (2) s’ajoute l’investissement libidinal de la trace mnésique comme condition de la représentation freudienne à proprement parler : les traces mnésiques non investies ne constituent pas des représentations. Par la suite, la création de la Vorstellungsrepräsentanz comme corrélat métapsychologique du refoulement en (3), et la reforme freudienne, anti-kantienne, de la métaphysique de la représentation en (4), pousseront le concept de Vorstellung jusqu’à ses dernières limites cliniques, qui concernent l’action de la pulsion de mort, la dénégation et la renégation.

Le texte original en espagnol peut être commandé ici.

Le concept de névrose de William Cullen comme une révolution scientifique

Voici le résumé d’un article que j’ai co-publié en 2007 dans une revue à comité de lecture du Mexique.

Rivera, J., Murillo, J. et Sierra Rubio, M. (2007). « El concepto de neurosis de William Cullen como revolución científica ». Enseñanza e Investigación en Psicología [Mexique] 12 (1), 157-178.

Le concept de névrose a été problématique depuis 1769, année où William Cullen l’a créé dans le cadre du savoir médical. L’objectif de cet essai fut de ré-visiter le concept de névrose de Cullen pour le proposer en tant que notion fondamentale de la clinique contemporaine.

Les auteurs posent l’hypothèse selon laquelle l’introduction dudit concept aurait produit une révolution scientifique dans la médecine du XVIIIe siècle. Pour contraster cette hypothèse a été mise à l’œuvre une méthode épistémologique que, sur la base des travaux de Thomas Kuhn, permet une lecture de cet événement en termes de paradigmes.

Les résultats repèrent ainsi la constitution de la matrice disciplinaire de la médecine moderne par l’émergence de la clinique anatomo-pathologique au XVIIe siècle. Le paradigme de la maladie nerveuse, qu’en fessait partie, pris rapidement une nuance fourre-tout où l’on rangeait n’importe quelle maladie de cause inconnue. L’introduction du concept de névrose de Cullen aura eu un effet paradoxal : il vint d’un côté ordonner le chaos par la délimitation de critères diagnostiques précis, et grâce à cela ses successeurs auront, d’un autre côté, commencé une épuration anatomo-pathologique des entités cliniques incluses sous la catégorie en question.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

À propos du statut de la psychopathie en psychanalyse

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2014 dans une revue à comité de lecture en Colombie.

Sierra Rubio, M. (2014). « Sobre el status de la psicopatía en psicoanálisis ». Boletín Científico Sapiens Research [Colombie] 4(1), 21-25.

La délinquance est un phénomène censé porter d’atteintes au lien social. Le but de cet article consista à explorer ce phénomène dans le registre de la psychopathie, pour préciser son status selon la doctrine des structures cliniques.

Le point de départ fut le désaccord de la psychanalyse lacanienne d’avec l’explication dominante dans les disciplines psy – celles-ci appréhendant l’acte délinquantiel sous la référence des profiles de la personnalité criminelle. La réflexion porta alors sur la spécificité clinique et anthropologique de l’apport psychanalytique dans l’interface de la psychopathologie et la criminologie. Pour cela, on a utilisé une méthode généalogique.

Les résultats montrent que les tentatives psychodynamiques basées sur la notion de la personnalité ont débouché sur des solutions dont la valeur heuristique s’arrête dans la description de la surface psychique de l’individu. D’où l’on conclu la pertinence d’approcher le réel en jeu sur la voie des structures cliniques, pour rendre compte du pari inconscient du sujet dans l’acte criminel.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Psychopathologie psychanalytique : un savoir-carrefour

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2013 dans une revue à comité de lecture du Brésil.

Sierra Rubio, M. (2013). « Psicopatología psicoanalítica: un saber en la encrucijada ». Revista Latinoamericana de Psicopatologia Fundamental [Brésil] 16(1), 56-70.

La pertinence du binôme psychopathologie-psychanalyse est très controversée parmi les psychanalystes. Quelques-uns, comme Laplanche, ont prôné pour la fécondité de cette alliance ; d’autres, comme Allouch, se manifestent plutôt pour le démantèlement définitif du rapport entre ces savoirs hétérogènes. La tension dialectique entre les deux postures trouve son point d’orgue autour du syntagme « psychopathologie psychanalytique ».

C’est pourquoi cet article propose de clarifier le statut épistémique de la psychopathologie psychanalytique dans le cadre du savoir freudien. Pour cela faire, sont analysées des questions préalables sur le champ psychopathologique et sur ses rapports possibles (de juxtaposition, de coordination ou de subordination disciplinaire) à la psychanalyse, la psychologie clinique et la psychiatrie. Les résultats soulignent l’originalité de la stratégie de Freud qui abrite, sous le nom de la psychanalyse, un discours rational sur l’expérience du malaise subjectif – et pour lequel le freudisme a forgé le syntagme différentiel de « psychopathologie psychanalytique ».

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Généalogie et implications épistémologiques du concept freudien de représentation

Voici le résumé de mon mémoire de Master 2 en Psychologie Clinique, soutenu en 2009, avec mention très bien, au Mexique.

Sierra Rubio, M. A. (2009). Genealogía e implicaciones epistemológicas del concepto freudiano de representación (Tesis de maestría). Universidad Autónoma de Querétaro, Querétaro.

Le concept de représentation a été utilisé par Sigmund Freud dans ses écrits de 1888 à 1938. Freud a emprunté ce concept à la psychologie philosophique – alors qu’elle était en train de se développer depuis un siècle en Allemagne –, et l’a utilisé pour la construction de différentes élaborations théoriques et méthodologiques de la psychanalyse.

Cette recherche établit une généalogie du concept freudien de représentation, en suivant la méthode épistémologique proposée par le philosophe et psychanalyste Paul-Laurent Assoun – c’est-à-dire, en localisant le concept par rapport à ses référents philosophiques et à ses modèles psychologiques.

A partir de là, il s’agit d’essayer une lecture de l’œuvre de Freud en rendant visibles quatre moments de rupture dans la conceptualisation de la représentation : 1) l’adoption du concept philosophique-psychologique, 2) son émergence en tant que concept freudien, 3) sa subversion métapsychologique et 4) les limites de sa portée théorique face à la pulsion de mort.

D’où l’analyse, dans la partie finale, des conséquences épistémologiques de la représentation freudienne tantôt dans la théorie tantôt dans la thérapie psychanalytiques – à savoir : le statut du concept à l’intérieur de la théorie, et la butée qu’il implique pour le savoir sur l’Inconscient.

Le texte intégral en espagnol est disponible ici.

(Mots-clés : représentation, généalogie, épistémologie, Freud, psychanalyse)

La géode freudienne

Voici le résumé d’un article que j’ai publié dans une revue à comité de lecture.

Sierra Rubio, M. (à paraître). « La géode freudienne. À propos de la référence minéralogique dans la psychopathologie de Freud ». Recherches en Psychanalyse.

Il y a dans le corpus freudien une suite de thèses psychopathologiques dont la référence à la minéralogie reste peu explorée. Ainsi, la pensée freudienne convoque la minéralogie pour imager : a) la théorie de la formation des symptômes, lorsque ces derniers sont entendus depuis les Études sur l’hystérie comme des cristallisations des représentations pathogènes ; b) la méthode de classification des types cliniques, qui vise la distinction des entités morbides présentes de manière simultanée chez le sujet en suivant la différence minéralogique entre les roches et ses composantes cristallines ; et c) la conception du rapport entre le normal et le pathologique comme articulation et désarticulation de la structure psychique, selon la métaphore du cristal éclaté.

En établissant des parallèles entre ces thèses psychopathologiques et la doctrine du minéralogiste Gustav Tschermak, professeur de Freud à l’université, cet article aborde un repère inédit dans la généalogie de la psychanalyse. Ce travail aboutit à la nécessité de revisiter les enjeux de cet héritage transdisciplinaire autant dans la théorie des structures de la personnalité de Bergeret que dans la doctrine lacanienne des structures cliniques, mais aussi de ressaisir le versant métapsychologique de la notion de structure chez Freud.

Le pre-print en français est disponible ici.

DSM et structures cliniques : les divergences sur le diagnostic

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2011 dans une revue sans comité de lecture au Mexique.

Sierra Rubio, M. (2011). « DSM y estructuras clínicas: las divergencias en el diagnóstico ». Revista de la Universidad Latina de México [Mexique], (3), 5-14.

Cette réflexion, parue dans la revue multi-disciplinaire de l’Université où l’auteur travaillait à l’époque, est centrée sur la question de la discordance entre les diagnostics qui se formulent selon les critères du Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux et ceux qui se font à partir de la nosographie psychanalytique.

Pour y apporter des éléments de réponse, on a fait une ré-visitation de trois aspects du conflit entre le DSM et la doctrine des structures cliniques: a) la nature des critères pour les deux genres de diagnostics, b) les présupposés psychopathologiques à eux sous-jacents, et c) le type de clinique qu’ils soutiennent.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (III)

Voici quelques notes préparées pour la leçon 3/3 de mon intervention au CM « Psychologie clinique » à l’Université Rennes 2. L’objectif de cette intervention a été de présenter le diagnostic structural lacanien comme une « cartographie de la subjectivité désirante » dont le clinicien peut tirer parti pour sa pratique.

Le contenu de cette dernière leçon examine les coordonnées de repérage de la structure perverse et de la structure psychotique. Une petite conclusion du cours est ébauchée également à la fin.

Continuer la lecture de « Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (III) »

Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (II)

Voici quelques notes préparées pour la leçon 2/3 de mon intervention au CM « Psychologie clinique » à l’Université Rennes 2. L’objectif de cette intervention a été de présenter le diagnostic structural lacanien comme une « cartographie de la subjectivité désirante » dont le clinicien peut tirer parti pour sa pratique.

Le contenu de cette deuxième leçon est double : il porte d’abord sur des précisions terminologiques de la pensée lacanienne, ensuite sur les coordonnées de repérage de la structure névrotique.

Continuer la lecture de « Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (II) »