Billets | Notas

A propósito de “Infancias: entre espectros y trastornos”

El libro de las psicoanalistas Liora Stavchansky (México) y Gisela Untoiglich (Argentina) es un cuestionamiento fundamental al imperativo del rendimiento que la sociedad actual impone a la infancia. Las autoras coinciden en denunciar lo que de sus efectos se constata en el (sobre)diagnóstico de los llamados trastornos del desarrollo y en la ideología de la evaluación. El envite es recentrar la reflexión sobre el sujeto y su vínculo con el Otro, tal como se revela en el espacio lúdico transferencial.

Continuer la lecture de « A propósito de “Infancias: entre espectros y trastornos” »

L’écriture du “non-mot” chez Samuel Beckett : quand le réel prend corps entre deux langues

A l’occasion du colloque international “Réel, écriture et corps”, qui s’est tenu à l’Université catholique de l’Ouest à Angers en janvier dernier, je suis intervenu à propos de Samuel Beckett.

Continuer la lecture de « L’écriture du “non-mot” chez Samuel Beckett : quand le réel prend corps entre deux langues »

La mirada en Lacan – A propósito de un libro de Diego Oyola

Lacan enunció alguna vez en el Seminario 11: «después de haber formulado que la mirada tiene algo de doma-mirada, esto es, que el que mira una pintura siempre se ve obligado a deponer la mirada, hice de inmediato una salvedad, la del expresionismo que se sitúa, empero, como un llamado muy directo a la mirada». A este llamado de excepción, el psicoanalista y fotógrafo argentino Diego Oyola ha respondido no sólo por su mirada, sino igualmente por su investigación. Así, él nos presenta en este libro un abordaje del concepto de mirada en la obra de Lacan, tanto en su sistematización general como en sus relaciones con la pintura expresionista y con la fotografía documental.

Continuer la lecture de « La mirada en Lacan – A propósito de un libro de Diego Oyola »

¿Por qué no podemos dormir? – A propósito de un libro de Darian Leader

En las últimas versiones del DSM (Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales) y de la CIE (Clasificación internacional de las enfermedades), los trastornos del sueño se han incrementado en número y se clasifican siguiendo los progresos de la investigación neurológica. Parece que vivimos en una época en la que no podemos o no sabemos dormir bien y que la ciencia vendría en nuestro auxilio.

Sin embargo, lo que hemos aprendido sobre el dormir y el soñar (al menos lo que se enseña corrientemente en las facultades de psicología y lo que se nos transmite incesamente en los mass media) está plagado de mitos. Es en este terreno que el libro de Darian Leader resulta interesante en primer lugar.

Continuer la lecture de « ¿Por qué no podemos dormir? – A propósito de un libro de Darian Leader »

Cuando Marjorie Brierley apareció en el Seminario de Lacan

Fue quizás, al exterior de la Gran Bretaña, una psicoanalista poco conocida. Lo cierto es que es que un buen día de 1958, Marjorie Brierley apareció en el Seminario de Lacan. No en persona, sino por el fugaz comentario del parisino acerca de uno de sus textos y de su propuesta en psicoanálisis. Veamos enseguida de qué se trata.

Continuer la lecture de « Cuando Marjorie Brierley apareció en el Seminario de Lacan »

In memoriam – François Sauvagnat

Hoy se cumple el primer aniversario luctuoso de François Sauvagnat, quien fuera director de mi tesis doctoral y prologuista de dos de mis libros. En homenaje a ese erudito que marcó de múltiples formas mi trayecto profesional y personal, consigno en esta nota algunos datos de su biografía.

François Raymond Sauvagnat nació en París el 20 de abril de 1951. Antes de dedicarse a la enseñanza universitaria, trabajó como psicólogo en el hospital Henri Ey de Bonneval, sitio de renombre de la psiquiatría francesa. Padre de tres, casado en segundas nupcias con la psiquiatra y pintora Rokaya Boubakeur, se desempeñaba como docente titular universitario desde 1990 en la ciudad de Rennes y como psicoanalista lacaniano en su consultorio particular en París. Cada semana de cursos hacía en tren el viaje de ida y vuelta entre esos dos polos de actividad. En la capital francesa sostenía regularmente, además, un seminario de doctorantes en su domicilio particular y un seminario abierto, cuyas sedes más emblemáticas fueron la Escuela Normal Superior y el Instituto de Altos Estudios en Psicoanálisis.

Continuer la lecture de « In memoriam – François Sauvagnat »

À propos de l’épiphanie profane de Samuel Beckett

Le lendemain de la Libération, Samuel Beckett entama un processus de reconstruction artistique. Ayant refusé, dans sa jeunesse, une carrière d’enseignant pour se frayer une voie comme auteur, il s’était déjà heurté à la réception mitigée de ses premiers ouvrages avant que la guerre n’entrave son élan créateur.

Expatrié en France à deux reprises, il a assisté un autre Irlandais, James Joyce, dans la préparation du manuscrit de Work in progress (finalement publié sous l’intitulé de Finnegans Wake). Devenu lui-même auteur, Beckett croyait à la direction inaugurée par son prédécesseur, qui allait en dépit des positions alors dominantes dans la littérature irlandaise. Mais au seuil de la quarantaine, les résultats de cet engagement étaient médiocres. Le premier roman qu’il a réussi à se faire publier en français, Murphy, en donne la couleur : 4 exemplaires vendus la première année, sur un tirage de… 3000 !

Comment Samuel Beckett aurait-il rebondi, jusqu’à devenir Prix Nobel de Littérature en 1969 ? Un vécu de révélation y aura compté pour beaucoup. Bien que l’épisode en question soit aujourd’hui un fait établi par les biographes, il n’est pas interprété sans ambiguïté. En effet, il y a des commentateurs qui prennent au sérieux l’expérience décrite par l’écrivain, tandis que d’autres, en méprisant (voire en déniant) sa réalité historique, la considèrent comme un canular créé et répandu par l’auteur lui-même1 – le « mythe fondateur d’une écriture enfin arrivée à maturité ».2

Continuer la lecture de « À propos de l’épiphanie profane de Samuel Beckett »

Beckett por siempre

Samuel Beckett en 1977, fotografía de Roger Pic (dominio público)

Un día como hoy, hace 31 años, moría en París el escritor irlandés Samuel Barclay Beckett. Incluso antes de su nominación al premio Nobel de Literatura, que le sería atribuído en 1969, un tal Jacques Lacan consideraba que el mundo de su época estaba ya “dominado por el genio de Samuel Beckett”1.

Continuer la lecture de « Beckett por siempre »

Le concept de compensation en addictologie

Voici le résumé d’un article que je viens de publier en collaboration avec Nathalie Sierra-Scroccaro :

N. Scroccaro & M. Sierra Rubio (2020). Le concept de compensation en addictologie. Annales Médico-Psychologiques 178, 245–250.

La notion de compensation s’applique à la compréhension des polyconsommations. Les contours mal définis de cette notion compromettant toutefois son utilité clinique, l’objectif de cet article a été́ de revisiter ses premières assises pour justifier sa place dans le champ de l’addictologie. Une généalogie historique a été ainsi faite sur une sélection de la littérature, cherchant à retracer les origines du concept dans la neurologie et la psychopathologie du XIXe siècle et ses remaniements ultérieurs par la psychanalyse. Les résultats visent le raffinement conceptuel des compensations en addictologie, redéfinissant cette notion en tant que comportement ou processus qui, soutenu par des mécanismes psychiques conscients et inconscients, sert à moduler le manque de jouissance consécutif à la rupture d’avec une pratique addictive. Ce concept permet ainsi l’évaluation de la trajectoire d’un sujet qui s’adonne à plusieurs pratiques addictives, à approcher les complications liées à des sevrages et à estimer finement la question des liens entre addictions et troubles psychiques.

Il est accessible sur le site du diffuseur en cliquant ici.

Pré-conditions existentielles de la clinique psychanalytique

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2010 dans une revue à comité de lecture du Mexique.

Sierra Rubio, M. (2010). « Precondiciones existenciarias de la clínica psicoanalítica ». Enseñanza e Investigación en Psicología [Mexique] 15 (1), 217-227.

Le dialogue entre la psychologie et la philosophie est incontournable depuis qu’elles se sont séparées au XIXe siècle. Cet article vise à établir une résonance entre la pratique clinique de la psychanalyse, inaugurée par Freud, et la constitution existentielle de l’être humain telle qu’elle a été éclaircie par Heidegger dans son ouvrage classique Être et Temps.

L’hypothèse en est que les composantes heideggeriennes de l’« existentialité » peuvent être saisies en tant que pré-conditions ontologiques du dispositif clinique en psychanalyse. Certes, à elles seules les notions heideggeriennes de « disposibilité (Befindlichkeit) », « entendre (Verstehen) » et « parole (Sprache) » ne suffissent pas à rendre compte de ce qui se passe dans une psychanalyse ; mais il est impossible, également, de ne pas y porter l’attention à titre d’un a priori phénoménologique et herméneutique de la clinique du psychisme dont Freud a fait l’expérience germinale.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Les quatre moments de la “Vorstellung” freudienne

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2010 dans une revue à comité de lecture de l’Argentine.

Sierra Rubio, M. (2010). « Los cuatro tiempos de la Vostellung freudiana ». Revista Universitaria de Psicoanálisis [Argentine] 10, 35-55.

Le concept de Vorstellung (représentation) apparaît de 1888 à 1938 dans les écrits de Freud. Cela voudrait dire que ce concept a servi comme une sorte d’échafaudage théorique pour bâtir l’édifice de la psychanalyse pendant un demi-siècle. Muni de l’hypothèse selon laquelle la notion de représentation chez Freud ne reste pas toujours identique à elle-même, mais qu’elle aura subi des profonds remaniements au fur et à mesure des élaborations psychanalytiques, cet article essaye de rendre visibles les ruptures épistémologiques à l’œuvre.

On a ainsi déterminé quatre moments de la Vorstellung dans la production freudienne : (1) d’abord, la réception de la représentation en tant que concept hérité de la psychologie philosophique ; (2) ensuite, son forgeage comme concept proprement freudien ; (3) puis, sa subversion métapsychologique ; et (4) finalement, ses derniers développements à partir du tournant des années 1920.

Si en (1) on a affaire à la représentation in statu nascendi, puisqu’il s’agit de pointer avec ce mot tout simplement l’existence d’une trace mnésique dans le psychisme, en (2) s’ajoute l’investissement libidinal de la trace mnésique comme condition de la représentation freudienne à proprement parler : les traces mnésiques non investies ne constituent pas des représentations. Par la suite, la création de la Vorstellungsrepräsentanz comme corrélat métapsychologique du refoulement en (3), et la reforme freudienne, anti-kantienne, de la métaphysique de la représentation en (4), pousseront le concept de Vorstellung jusqu’à ses dernières limites cliniques, qui concernent l’action de la pulsion de mort, la dénégation et la renégation.

Le texte original en espagnol peut être commandé ici.

Le concept de névrose de William Cullen comme une révolution scientifique

Voici le résumé d’un article que j’ai co-publié en 2007 dans une revue à comité de lecture du Mexique.

Rivera, J., Murillo, J. et Sierra Rubio, M. (2007). « El concepto de neurosis de William Cullen como revolución científica ». Enseñanza e Investigación en Psicología [Mexique] 12 (1), 157-178.

Le concept de névrose a été problématique depuis 1769, année où William Cullen l’a créé dans le cadre du savoir médical. L’objectif de cet essai fut de ré-visiter le concept de névrose de Cullen pour le proposer en tant que notion fondamentale de la clinique contemporaine.

Les auteurs posent l’hypothèse selon laquelle l’introduction dudit concept aurait produit une révolution scientifique dans la médecine du XVIIIe siècle. Pour contraster cette hypothèse a été mise à l’œuvre une méthode épistémologique que, sur la base des travaux de Thomas Kuhn, permet une lecture de cet événement en termes de paradigmes.

Les résultats repèrent ainsi la constitution de la matrice disciplinaire de la médecine moderne par l’émergence de la clinique anatomo-pathologique au XVIIe siècle. Le paradigme de la maladie nerveuse, qu’en fessait partie, pris rapidement une nuance fourre-tout où l’on rangeait n’importe quelle maladie de cause inconnue. L’introduction du concept de névrose de Cullen aura eu un effet paradoxal : il vint d’un côté ordonner le chaos par la délimitation de critères diagnostiques précis, et grâce à cela ses successeurs auront, d’un autre côté, commencé une épuration anatomo-pathologique des entités cliniques incluses sous la catégorie en question.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

À propos du statut de la psychopathie en psychanalyse

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2014 dans une revue à comité de lecture en Colombie.

Sierra Rubio, M. (2014). « Sobre el status de la psicopatía en psicoanálisis ». Boletín Científico Sapiens Research [Colombie] 4(1), 21-25.

La délinquance est un phénomène censé porter d’atteintes au lien social. Le but de cet article consista à explorer ce phénomène dans le registre de la psychopathie, pour préciser son status selon la doctrine des structures cliniques.

Le point de départ fut le désaccord de la psychanalyse lacanienne d’avec l’explication dominante dans les disciplines psy – celles-ci appréhendant l’acte délinquantiel sous la référence des profiles de la personnalité criminelle. La réflexion porta alors sur la spécificité clinique et anthropologique de l’apport psychanalytique dans l’interface de la psychopathologie et la criminologie. Pour cela, on a utilisé une méthode généalogique.

Les résultats montrent que les tentatives psychodynamiques basées sur la notion de la personnalité ont débouché sur des solutions dont la valeur heuristique s’arrête dans la description de la surface psychique de l’individu. D’où l’on conclu la pertinence d’approcher le réel en jeu sur la voie des structures cliniques, pour rendre compte du pari inconscient du sujet dans l’acte criminel.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Psychopathologie psychanalytique : un savoir-carrefour

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2013 dans une revue à comité de lecture du Brésil.

Sierra Rubio, M. (2013). « Psicopatología psicoanalítica: un saber en la encrucijada ». Revista Latinoamericana de Psicopatologia Fundamental [Brésil] 16(1), 56-70.

La pertinence du binôme psychopathologie-psychanalyse est très controversée parmi les psychanalystes. Quelques-uns, comme Laplanche, ont prôné pour la fécondité de cette alliance ; d’autres, comme Allouch, se manifestent plutôt pour le démantèlement définitif du rapport entre ces savoirs hétérogènes. La tension dialectique entre les deux postures trouve son point d’orgue autour du syntagme « psychopathologie psychanalytique ».

C’est pourquoi cet article propose de clarifier le statut épistémique de la psychopathologie psychanalytique dans le cadre du savoir freudien. Pour cela faire, sont analysées des questions préalables sur le champ psychopathologique et sur ses rapports possibles (de juxtaposition, de coordination ou de subordination disciplinaire) à la psychanalyse, la psychologie clinique et la psychiatrie. Les résultats soulignent l’originalité de la stratégie de Freud qui abrite, sous le nom de la psychanalyse, un discours rational sur l’expérience du malaise subjectif – et pour lequel le freudisme a forgé le syntagme différentiel de « psychopathologie psychanalytique ».

Le texte original en espagnol est disponible ici.