Le concept de compensation en addictologie

Voici le résumé d’un article que je viens de publier en collaboration avec Nathalie Sierra-Scroccaro :

N. Scroccaro & M. Sierra Rubio (2020). Le concept de compensation en addictologie. Annales Médico-Psychologiques 178, 245–250.

La notion de compensation s’applique à la compréhension des polyconsommations. Les contours mal définis de cette notion compromettant toutefois son utilité clinique, l’objectif de cet article a été́ de revisiter ses premières assises pour justifier sa place dans le champ de l’addictologie. Une généalogie historique a été ainsi faite sur une sélection de la littérature, cherchant à retracer les origines du concept dans la neurologie et la psychopathologie du XIXe siècle et ses remaniements ultérieurs par la psychanalyse. Les résultats visent le raffinement conceptuel des compensations en addictologie, redéfinissant cette notion en tant que comportement ou processus qui, soutenu par des mécanismes psychiques conscients et inconscients, sert à moduler le manque de jouissance consécutif à la rupture d’avec une pratique addictive. Ce concept permet ainsi l’évaluation de la trajectoire d’un sujet qui s’adonne à plusieurs pratiques addictives, à approcher les complications liées à des sevrages et à estimer finement la question des liens entre addictions et troubles psychiques.

Il est accessible sur le site du diffuseur en cliquant ici.

Pré-conditions existentielles de la clinique psychanalytique

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2010 dans une revue à comité de lecture du Mexique.

Sierra Rubio, M. (2010). « Precondiciones existenciarias de la clínica psicoanalítica ». Enseñanza e Investigación en Psicología [Mexique] 15 (1), 217-227.

Le dialogue entre la psychologie et la philosophie est incontournable depuis qu’elles se sont séparées au XIXe siècle. Cet article vise à établir une résonance entre la pratique clinique de la psychanalyse, inaugurée par Freud, et la constitution existentielle de l’être humain telle qu’elle a été éclaircie par Heidegger dans son ouvrage classique Être et Temps.

L’hypothèse en est que les composantes heideggeriennes de l’« existentialité » peuvent être saisies en tant que pré-conditions ontologiques du dispositif clinique en psychanalyse. Certes, à elles seules les notions heideggeriennes de « disposibilité (Befindlichkeit) », « entendre (Verstehen) » et « parole (Sprache) » ne suffissent pas à rendre compte de ce qui se passe dans une psychanalyse ; mais il est impossible, également, de ne pas y porter l’attention à titre d’un a priori phénoménologique et herméneutique de la clinique du psychisme dont Freud a fait l’expérience germinale.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Les quatre moments de la « Vorstellung » freudienne

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2010 dans une revue à comité de lecture de l’Argentine.

Sierra Rubio, M. (2010). « Los cuatro tiempos de la Vostellung freudiana ». Revista Universitaria de Psicoanálisis [Argentine] 10, 35-55.

Le concept de Vorstellung (représentation) apparaît de 1888 à 1938 dans les écrits de Freud. Cela voudrait dire que ce concept a servi comme une sorte d’échafaudage théorique pour bâtir l’édifice de la psychanalyse pendant un demi-siècle. Muni de l’hypothèse selon laquelle la notion de représentation chez Freud ne reste pas toujours identique à elle-même, mais qu’elle aura subi des profonds remaniements au fur et à mesure des élaborations psychanalytiques, cet article essaye de rendre visibles les ruptures épistémologiques à l’œuvre.

On a ainsi déterminé quatre moments de la Vorstellung dans la production freudienne : (1) d’abord, la réception de la représentation en tant que concept hérité de la psychologie philosophique ; (2) ensuite, son forgeage comme concept proprement freudien ; (3) puis, sa subversion métapsychologique ; et (4) finalement, ses derniers développements à partir du tournant des années 1920.

Si en (1) on a affaire à la représentation in statu nascendi, puisqu’il s’agit de pointer avec ce mot tout simplement l’existence d’une trace mnésique dans le psychisme, en (2) s’ajoute l’investissement libidinal de la trace mnésique comme condition de la représentation freudienne à proprement parler : les traces mnésiques non investies ne constituent pas des représentations. Par la suite, la création de la Vorstellungsrepräsentanz comme corrélat métapsychologique du refoulement en (3), et la reforme freudienne, anti-kantienne, de la métaphysique de la représentation en (4), pousseront le concept de Vorstellung jusqu’à ses dernières limites cliniques, qui concernent l’action de la pulsion de mort, la dénégation et la renégation.

Le texte original en espagnol peut être commandé ici.

Le concept de névrose de William Cullen comme une révolution scientifique

Voici le résumé d’un article que j’ai co-publié en 2007 dans une revue à comité de lecture du Mexique.

Rivera, J., Murillo, J. et Sierra Rubio, M. (2007). « El concepto de neurosis de William Cullen como revolución científica ». Enseñanza e Investigación en Psicología [Mexique] 12 (1), 157-178.

Le concept de névrose a été problématique depuis 1769, année où William Cullen l’a créé dans le cadre du savoir médical. L’objectif de cet essai fut de ré-visiter le concept de névrose de Cullen pour le proposer en tant que notion fondamentale de la clinique contemporaine.

Les auteurs posent l’hypothèse selon laquelle l’introduction dudit concept aurait produit une révolution scientifique dans la médecine du XVIIIe siècle. Pour contraster cette hypothèse a été mise à l’œuvre une méthode épistémologique que, sur la base des travaux de Thomas Kuhn, permet une lecture de cet événement en termes de paradigmes.

Les résultats repèrent ainsi la constitution de la matrice disciplinaire de la médecine moderne par l’émergence de la clinique anatomo-pathologique au XVIIe siècle. Le paradigme de la maladie nerveuse, qu’en fessait partie, pris rapidement une nuance fourre-tout où l’on rangeait n’importe quelle maladie de cause inconnue. L’introduction du concept de névrose de Cullen aura eu un effet paradoxal : il vint d’un côté ordonner le chaos par la délimitation de critères diagnostiques précis, et grâce à cela ses successeurs auront, d’un autre côté, commencé une épuration anatomo-pathologique des entités cliniques incluses sous la catégorie en question.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

À propos du statut de la psychopathie en psychanalyse

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2014 dans une revue à comité de lecture en Colombie.

Sierra Rubio, M. (2014). « Sobre el status de la psicopatía en psicoanálisis ». Boletín Científico Sapiens Research [Colombie] 4(1), 21-25.

La délinquance est un phénomène censé porter d’atteintes au lien social. Le but de cet article consista à explorer ce phénomène dans le registre de la psychopathie, pour préciser son status selon la doctrine des structures cliniques.

Le point de départ fut le désaccord de la psychanalyse lacanienne d’avec l’explication dominante dans les disciplines psy – celles-ci appréhendant l’acte délinquantiel sous la référence des profiles de la personnalité criminelle. La réflexion porta alors sur la spécificité clinique et anthropologique de l’apport psychanalytique dans l’interface de la psychopathologie et la criminologie. Pour cela, on a utilisé une méthode généalogique.

Les résultats montrent que les tentatives psychodynamiques basées sur la notion de la personnalité ont débouché sur des solutions dont la valeur heuristique s’arrête dans la description de la surface psychique de l’individu. D’où l’on conclu la pertinence d’approcher le réel en jeu sur la voie des structures cliniques, pour rendre compte du pari inconscient du sujet dans l’acte criminel.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Psychopathologie psychanalytique : un savoir-carrefour

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2013 dans une revue à comité de lecture du Brésil.

Sierra Rubio, M. (2013). « Psicopatología psicoanalítica: un saber en la encrucijada ». Revista Latinoamericana de Psicopatologia Fundamental [Brésil] 16(1), 56-70.

La pertinence du binôme psychopathologie-psychanalyse est très controversée parmi les psychanalystes. Quelques-uns, comme Laplanche, ont prôné pour la fécondité de cette alliance ; d’autres, comme Allouch, se manifestent plutôt pour le démantèlement définitif du rapport entre ces savoirs hétérogènes. La tension dialectique entre les deux postures trouve son point d’orgue autour du syntagme « psychopathologie psychanalytique ».

C’est pourquoi cet article propose de clarifier le statut épistémique de la psychopathologie psychanalytique dans le cadre du savoir freudien. Pour cela faire, sont analysées des questions préalables sur le champ psychopathologique et sur ses rapports possibles (de juxtaposition, de coordination ou de subordination disciplinaire) à la psychanalyse, la psychologie clinique et la psychiatrie. Les résultats soulignent l’originalité de la stratégie de Freud qui abrite, sous le nom de la psychanalyse, un discours rational sur l’expérience du malaise subjectif – et pour lequel le freudisme a forgé le syntagme différentiel de « psychopathologie psychanalytique ».

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Généalogie et implications épistémologiques du concept freudien de représentation

Voici le résumé de mon mémoire de Master 2 en Psychologie Clinique, soutenu en 2009, avec mention très bien, au Mexique.

Sierra Rubio, M. A. (2009). Genealogía e implicaciones epistemológicas del concepto freudiano de representación (Tesis de maestría). Universidad Autónoma de Querétaro, Querétaro.

Le concept de représentation a été utilisé par Sigmund Freud dans ses écrits de 1888 à 1938. Freud a emprunté ce concept à la psychologie philosophique – alors qu’elle était en train de se développer depuis un siècle en Allemagne –, et l’a utilisé pour la construction de différentes élaborations théoriques et méthodologiques de la psychanalyse.

Cette recherche établit une généalogie du concept freudien de représentation, en suivant la méthode épistémologique proposée par le philosophe et psychanalyste Paul-Laurent Assoun – c’est-à-dire, en localisant le concept par rapport à ses référents philosophiques et à ses modèles psychologiques.

A partir de là, il s’agit d’essayer une lecture de l’œuvre de Freud en rendant visibles quatre moments de rupture dans la conceptualisation de la représentation : 1) l’adoption du concept philosophique-psychologique, 2) son émergence en tant que concept freudien, 3) sa subversion métapsychologique et 4) les limites de sa portée théorique face à la pulsion de mort.

D’où l’analyse, dans la partie finale, des conséquences épistémologiques de la représentation freudienne tantôt dans la théorie tantôt dans la thérapie psychanalytiques – à savoir : le statut du concept à l’intérieur de la théorie, et la butée qu’il implique pour le savoir sur l’Inconscient.

Le texte intégral en espagnol est disponible ici.

(Mots-clés : représentation, généalogie, épistémologie, Freud, psychanalyse)

La géode freudienne

Voici le résumé d’un article que j’ai publié dans une revue à comité de lecture.

Sierra Rubio, M. (à paraître). « La géode freudienne. À propos de la référence minéralogique dans la psychopathologie de Freud ». Recherches en Psychanalyse.

Il y a dans le corpus freudien une suite de thèses psychopathologiques dont la référence à la minéralogie reste peu explorée. Ainsi, la pensée freudienne convoque la minéralogie pour imager : a) la théorie de la formation des symptômes, lorsque ces derniers sont entendus depuis les Études sur l’hystérie comme des cristallisations des représentations pathogènes ; b) la méthode de classification des types cliniques, qui vise la distinction des entités morbides présentes de manière simultanée chez le sujet en suivant la différence minéralogique entre les roches et ses composantes cristallines ; et c) la conception du rapport entre le normal et le pathologique comme articulation et désarticulation de la structure psychique, selon la métaphore du cristal éclaté.

En établissant des parallèles entre ces thèses psychopathologiques et la doctrine du minéralogiste Gustav Tschermak, professeur de Freud à l’université, cet article aborde un repère inédit dans la généalogie de la psychanalyse. Ce travail aboutit à la nécessité de revisiter les enjeux de cet héritage transdisciplinaire autant dans la théorie des structures de la personnalité de Bergeret que dans la doctrine lacanienne des structures cliniques, mais aussi de ressaisir le versant métapsychologique de la notion de structure chez Freud.

Le pre-print en français est disponible ici.

DSM et structures cliniques : les divergences sur le diagnostic

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2011 dans une revue sans comité de lecture au Mexique.

Sierra Rubio, M. (2011). « DSM y estructuras clínicas: las divergencias en el diagnóstico ». Revista de la Universidad Latina de México [Mexique], (3), 5-14.

Cette réflexion, parue dans la revue multi-disciplinaire de l’Université où l’auteur travaillait à l’époque, est centrée sur la question de la discordance entre les diagnostics qui se formulent selon les critères du Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux et ceux qui se font à partir de la nosographie psychanalytique.

Pour y apporter des éléments de réponse, on a fait une ré-visitation de trois aspects du conflit entre le DSM et la doctrine des structures cliniques: a) la nature des critères pour les deux genres de diagnostics, b) les présupposés psychopathologiques à eux sous-jacents, et c) le type de clinique qu’ils soutiennent.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (III)

Voici quelques notes préparées pour la leçon 3/3 de mon intervention au CM « Psychologie clinique » à l’Université Rennes 2. L’objectif de cette intervention a été de présenter le diagnostic structural lacanien comme une « cartographie de la subjectivité désirante » dont le clinicien peut tirer parti pour sa pratique.

Le contenu de cette dernière leçon examine les coordonnées de repérage de la structure perverse et de la structure psychotique. Une petite conclusion du cours est ébauchée également à la fin.

Continuer la lecture de « Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (III) »

Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (II)

Voici quelques notes préparées pour la leçon 2/3 de mon intervention au CM « Psychologie clinique » à l’Université Rennes 2. L’objectif de cette intervention a été de présenter le diagnostic structural lacanien comme une « cartographie de la subjectivité désirante » dont le clinicien peut tirer parti pour sa pratique.

Le contenu de cette deuxième leçon est double : il porte d’abord sur des précisions terminologiques de la pensée lacanienne, ensuite sur les coordonnées de repérage de la structure névrotique.

Continuer la lecture de « Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (II) »

Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (I)

Voici quelques notes préparées pour la leçon 1/3 de mon intervention au CM « Psychologie clinique » à l’Université Rennes 2. L’objectif de cette intervention a été de présenter le diagnostic structural lacanien comme une « cartographie de la subjectivité désirante » dont le clinicien peut tirer parti pour sa pratique.

Le contenu de cette première leçon porte sur quelques différences générales entre le diagnostic structural lacanien et le (beaucoup plus populaire dans le milieu universitaire) diagnostic structural bergeretien.

Continuer la lecture de « Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (I) »

Soutenir les structures cliniques

Le 30 septembre 2016 j’ai soutenu à Paris 7 ma thèse « Les contributions de Freud et Lacan à la théorie des structures cliniques. Des fondements généalogiques aux débats en psychopathologie », dirigée par M. le Pr François Sauvagnat. Ce billet contient la présentation que j’ai fait devant le jury.

Continuer la lecture de « Soutenir les structures cliniques »

Qu’est-ce qu’un cristal signifiant ?

Le jeu de mots qui intitule ce carnet de recherches s’appuie sur l’expression « cristal signifiant » — apparaissant dans le Séminaire IV de Lacan pour désigner la structure de la phobie du petit Hans.

Dans des billets antérieurs, j’ai commenté la façon dont Freud a fait référence à la cristallographie minérale — qu’il avait étudiée à l’Université auprès du Pr Tschermak — comme modèle d’étayage du savoir psychopathologique. Il s’agit maintenant d’expliciter l’enjeu de Lacan lors de l’utilisation du syntagme en cause, né de la rencontre entre la chimie des cristaux et la logique du signifiant. Continuer la lecture de « Qu’est-ce qu’un cristal signifiant ? »