Le concept de névrose de William Cullen comme une révolution scientifique

Voici le résumé d’un article que j’ai co-publié en 2007 dans une revue à comité de lecture du Mexique.

Rivera, J., Murillo, J. et Sierra Rubio, M. (2007). « El concepto de neurosis de William Cullen como revolución científica ». Enseñanza e Investigación en Psicología [Mexique] 12 (1), 157-178.

Le concept de névrose a été problématique depuis 1769, année où William Cullen l’a créé dans le cadre du savoir médical. L’objectif de cet essai fut de ré-visiter le concept de névrose de Cullen pour le proposer en tant que notion fondamentale de la clinique contemporaine.

Les auteurs posent l’hypothèse selon laquelle l’introduction dudit concept aurait produit une révolution scientifique dans la médecine du XVIIIe siècle. Pour contraster cette hypothèse a été mise à l’œuvre une méthode épistémologique que, sur la base des travaux de Thomas Kuhn, permet une lecture de cet événement en termes de paradigmes.

Les résultats repèrent ainsi la constitution de la matrice disciplinaire de la médecine moderne par l’émergence de la clinique anatomo-pathologique au XVIIe siècle. Le paradigme de la maladie nerveuse, qu’en fessait partie, pris rapidement une nuance fourre-tout où l’on rangeait n’importe quelle maladie de cause inconnue. L’introduction du concept de névrose de Cullen aura eu un effet paradoxal : il vint d’un côté ordonner le chaos par la délimitation de critères diagnostiques précis, et grâce à cela ses successeurs auront, d’un autre côté, commencé une épuration anatomo-pathologique des entités cliniques incluses sous la catégorie en question.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

À propos du statut de la psychopathie en psychanalyse

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2014 dans une revue à comité de lecture en Colombie.

Sierra Rubio, M. (2014). « Sobre el status de la psicopatía en psicoanálisis ». Boletín Científico Sapiens Research [Colombie] 4(1), 21-25.

La délinquance est un phénomène censé porter d’atteintes au lien social. Le but de cet article consista à explorer ce phénomène dans le registre de la psychopathie, pour préciser son status selon la doctrine des structures cliniques.

Le point de départ fut le désaccord de la psychanalyse lacanienne d’avec l’explication dominante dans les disciplines psy – celles-ci appréhendant l’acte délinquantiel sous la référence des profiles de la personnalité criminelle. La réflexion porta alors sur la spécificité clinique et anthropologique de l’apport psychanalytique dans l’interface de la psychopathologie et la criminologie. Pour cela, on a utilisé une méthode généalogique.

Les résultats montrent que les tentatives psychodynamiques basées sur la notion de la personnalité ont débouché sur des solutions dont la valeur heuristique s’arrête dans la description de la surface psychique de l’individu. D’où l’on conclu la pertinence d’approcher le réel en jeu sur la voie des structures cliniques, pour rendre compte du pari inconscient du sujet dans l’acte criminel.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Psychopathologie psychanalytique : un savoir-carrefour

Voici le résumé d’un article que j’ai publié en 2013 dans une revue à comité de lecture du Brésil.

Sierra Rubio, M. (2013). « Psicopatología psicoanalítica: un saber en la encrucijada ». Revista Latinoamericana de Psicopatologia Fundamental [Brésil] 16(1), 56-70.

La pertinence du binôme psychopathologie-psychanalyse est très controversée parmi les psychanalystes. Quelques-uns, comme Laplanche, ont prôné pour la fécondité de cette alliance ; d’autres, comme Allouch, se manifestent plutôt pour le démantèlement définitif du rapport entre ces savoirs hétérogènes. La tension dialectique entre les deux postures trouve son point d’orgue autour du syntagme « psychopathologie psychanalytique ».

C’est pourquoi cet article propose de clarifier le statut épistémique de la psychopathologie psychanalytique dans le cadre du savoir freudien. Pour cela faire, sont analysées des questions préalables sur le champ psychopathologique et sur ses rapports possibles (de juxtaposition, de coordination ou de subordination disciplinaire) à la psychanalyse, la psychologie clinique et la psychiatrie. Les résultats soulignent l’originalité de la stratégie de Freud qui abrite, sous le nom de la psychanalyse, un discours rational sur l’expérience du malaise subjectif – et pour lequel le freudisme a forgé le syntagme différentiel de « psychopathologie psychanalytique ».

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (I)

Voici quelques notes préparées pour la leçon 1/3 de mon intervention au CM « Psychologie clinique » à l’Université Rennes 2. L’objectif de cette intervention a été de présenter le diagnostic structural lacanien comme une « cartographie de la subjectivité désirante » dont le clinicien peut tirer parti pour sa pratique.

Le contenu de cette première leçon porte sur quelques différences générales entre le diagnostic structural lacanien et le (beaucoup plus populaire dans le milieu universitaire) diagnostic structural bergeretien.

Continuer la lecture de « Diagnostic structural : une cartographie du désir à l’usage du clinicien (I) »

Soutenir les structures cliniques

Le 30 septembre 2016 j’ai soutenu à Paris 7 ma thèse « Les contributions de Freud et Lacan à la théorie des structures cliniques. Des fondements généalogiques aux débats en psychopathologie », dirigée par M. le Pr François Sauvagnat. Ce billet contient la présentation que j’ai fait devant le jury.

Continuer la lecture de « Soutenir les structures cliniques »

Freud, apprenti minéralogiste

Dans un autre billet, j’ai présenté un geste transdisciplinaire de Freud, à savoir : celui d’utiliser un modèle minéralogique pour expliquer sa psychopathologie — notamment le rapport entre la normalité et l’état morbide.

Lors d’un séminaire de thèse avec mon directeur, le Pr François Sauvagnat, il m’a demandé d’où est venue à Sigmund Freud l’idée de cette métaphore — soit, la génialité de comparer la structure des malades mentaux à la structure des cristaux minéraux.

Devant mon ignorance à ce sujet, il a suggéré quelques pistes de recherche — dont j’ai eu les réponses au fur et à mesure des avancées de la thèse :

  • Est-ce que Freud avait des livres de minéralogie dans sa bibliothèque ? Pas certain ; en tout cas, dans le catalogue de ceux qui sont aujourd’hui conservés à Londres et à Vienne n’a pas un seul titre correspondant à ce domaine.
  • Est-ce qu’il fréquentait des professionnelles de cette spécialité scientifique ? Aucune trace de cela dans ses biographies les mieux documentées.

Alors, d’où vient cela ? Le mystère fut finalement dévoilé le semestre d’hiver 2012. Continuer la lecture de « Freud, apprenti minéralogiste »

La métaphore cristallographique de Freud

L’une des voies possibles pour faire avancer une discipline, consiste à lui appliquer un modèle venant d’une autre science — afin d’obtenir des effets inédits de savoir. Je voudrais présenter dans ce billet une de ces applications transdisciplinaires : il s’agit du modèle minéralogique du clivage des cristaux, que Freud a récupéré pour l’usage de la psychanalyse. Continuer la lecture de « La métaphore cristallographique de Freud »