Le concept de névrose de William Cullen comme une révolution scientifique

Voici le résumé d’un article que j’ai co-publié en 2007 dans une revue à comité de lecture du Mexique.

Rivera, J., Murillo, J. et Sierra Rubio, M. (2007). « El concepto de neurosis de William Cullen como revolución científica ». Enseñanza e Investigación en Psicología [Mexique] 12 (1), 157-178.

Le concept de névrose a été problématique depuis 1769, année où William Cullen l’a créé dans le cadre du savoir médical. L’objectif de cet essai fut de ré-visiter le concept de névrose de Cullen pour le proposer en tant que notion fondamentale de la clinique contemporaine.

Les auteurs posent l’hypothèse selon laquelle l’introduction dudit concept aurait produit une révolution scientifique dans la médecine du XVIIIe siècle. Pour contraster cette hypothèse a été mise à l’œuvre une méthode épistémologique que, sur la base des travaux de Thomas Kuhn, permet une lecture de cet événement en termes de paradigmes.

Les résultats repèrent ainsi la constitution de la matrice disciplinaire de la médecine moderne par l’émergence de la clinique anatomo-pathologique au XVIIe siècle. Le paradigme de la maladie nerveuse, qu’en fessait partie, pris rapidement une nuance fourre-tout où l’on rangeait n’importe quelle maladie de cause inconnue. L’introduction du concept de névrose de Cullen aura eu un effet paradoxal : il vint d’un côté ordonner le chaos par la délimitation de critères diagnostiques précis, et grâce à cela ses successeurs auront, d’un autre côté, commencé une épuration anatomo-pathologique des entités cliniques incluses sous la catégorie en question.

Le texte original en espagnol est disponible ici.

Soutenir les structures cliniques

Le 30 septembre 2016 j’ai soutenu à Paris 7 ma thèse « Les contributions de Freud et Lacan à la théorie des structures cliniques. Des fondements généalogiques aux débats en psychopathologie », dirigée par M. le Pr François Sauvagnat. Ce billet contient la présentation que j’ai fait devant le jury.

Continuer la lecture de « Soutenir les structures cliniques »

Qu’est-ce qu’un cristal signifiant ?

Le jeu de mots qui intitule ce carnet de recherches s’appuie sur l’expression « cristal signifiant » — apparaissant dans le Séminaire IV de Lacan pour désigner la structure de la phobie du petit Hans.

Dans des billets antérieurs, j’ai commenté la façon dont Freud a fait référence à la cristallographie minérale — qu’il avait étudiée à l’Université auprès du Pr Tschermak — comme modèle d’étayage du savoir psychopathologique. Il s’agit maintenant d’expliciter l’enjeu de Lacan lors de l’utilisation du syntagme en cause, né de la rencontre entre la chimie des cristaux et la logique du signifiant. Continuer la lecture de « Qu’est-ce qu’un cristal signifiant ? »

La métaphore cristallographique de Freud

L’une des voies possibles pour faire avancer une discipline, consiste à lui appliquer un modèle venant d’une autre science — afin d’obtenir des effets inédits de savoir. Je voudrais présenter dans ce billet une de ces applications transdisciplinaires : il s’agit du modèle minéralogique du clivage des cristaux, que Freud a récupéré pour l’usage de la psychanalyse. Continuer la lecture de « La métaphore cristallographique de Freud »