La géode freudienne

Voici le résumé d’un article que j’ai publié dans une revue à comité de lecture.

Sierra Rubio, M. (à paraître). « La géode freudienne. À propos de la référence minéralogique dans la psychopathologie de Freud ». Recherches en Psychanalyse.

Il y a dans le corpus freudien une suite de thèses psychopathologiques dont la référence à la minéralogie reste peu explorée. Ainsi, la pensée freudienne convoque la minéralogie pour imager : a) la théorie de la formation des symptômes, lorsque ces derniers sont entendus depuis les Études sur l’hystérie comme des cristallisations des représentations pathogènes ; b) la méthode de classification des types cliniques, qui vise la distinction des entités morbides présentes de manière simultanée chez le sujet en suivant la différence minéralogique entre les roches et ses composantes cristallines ; et c) la conception du rapport entre le normal et le pathologique comme articulation et désarticulation de la structure psychique, selon la métaphore du cristal éclaté.

En établissant des parallèles entre ces thèses psychopathologiques et la doctrine du minéralogiste Gustav Tschermak, professeur de Freud à l’université, cet article aborde un repère inédit dans la généalogie de la psychanalyse. Ce travail aboutit à la nécessité de revisiter les enjeux de cet héritage transdisciplinaire autant dans la théorie des structures de la personnalité de Bergeret que dans la doctrine lacanienne des structures cliniques, mais aussi de ressaisir le versant métapsychologique de la notion de structure chez Freud.

Le pre-print en français est disponible ici.