L’écriture du “non-mot” chez Samuel Beckett : quand le réel prend corps entre deux langues

A l’occasion du colloque international “Réel, écriture et corps”, qui s’est tenu à l’Université catholique de l’Ouest à Angers en janvier dernier, je suis intervenu à propos de Samuel Beckett.

Continuer la lecture de « L’écriture du “non-mot” chez Samuel Beckett : quand le réel prend corps entre deux langues »

À propos de l’épiphanie profane de Samuel Beckett

Le lendemain de la Libération, Samuel Beckett entama un processus de reconstruction artistique. Ayant refusé, dans sa jeunesse, une carrière d’enseignant pour se frayer une voie comme auteur, il s’était déjà heurté à la réception mitigée de ses premiers ouvrages avant que la guerre n’entrave son élan créateur.

Expatrié en France à deux reprises, il a assisté un autre Irlandais, James Joyce, dans la préparation du manuscrit de Work in progress (finalement publié sous l’intitulé de Finnegans Wake). Devenu lui-même auteur, Beckett croyait à la direction inaugurée par son prédécesseur, qui allait en dépit des positions alors dominantes dans la littérature irlandaise. Mais au seuil de la quarantaine, les résultats de cet engagement étaient médiocres. Le premier roman qu’il a réussi à se faire publier en français, Murphy, en donne la couleur : 4 exemplaires vendus la première année, sur un tirage de… 3000 !

Comment Samuel Beckett aurait-il rebondi, jusqu’à devenir Prix Nobel de Littérature en 1969 ? Un vécu de révélation y aura compté pour beaucoup. Bien que l’épisode en question soit aujourd’hui un fait établi par les biographes, il n’est pas interprété sans ambiguïté. En effet, il y a des commentateurs qui prennent au sérieux l’expérience décrite par l’écrivain, tandis que d’autres, en méprisant (voire en déniant) sa réalité historique, la considèrent comme un canular créé et répandu par l’auteur lui-même1 – le « mythe fondateur d’une écriture enfin arrivée à maturité ».2

Continuer la lecture de « À propos de l’épiphanie profane de Samuel Beckett »