La géode freudienne

Voici le résumé d’un article que j’ai publié dans une revue à comité de lecture.

Sierra Rubio, M. (à paraître). « La géode freudienne. À propos de la référence minéralogique dans la psychopathologie de Freud ». Recherches en Psychanalyse.

Il y a dans le corpus freudien une suite de thèses psychopathologiques dont la référence à la minéralogie reste peu explorée. Ainsi, la pensée freudienne convoque la minéralogie pour imager : a) la théorie de la formation des symptômes, lorsque ces derniers sont entendus depuis les Études sur l’hystérie comme des cristallisations des représentations pathogènes ; b) la méthode de classification des types cliniques, qui vise la distinction des entités morbides présentes de manière simultanée chez le sujet en suivant la différence minéralogique entre les roches et ses composantes cristallines ; et c) la conception du rapport entre le normal et le pathologique comme articulation et désarticulation de la structure psychique, selon la métaphore du cristal éclaté.

En établissant des parallèles entre ces thèses psychopathologiques et la doctrine du minéralogiste Gustav Tschermak, professeur de Freud à l’université, cet article aborde un repère inédit dans la généalogie de la psychanalyse. Ce travail aboutit à la nécessité de revisiter les enjeux de cet héritage transdisciplinaire autant dans la théorie des structures de la personnalité de Bergeret que dans la doctrine lacanienne des structures cliniques, mais aussi de ressaisir le versant métapsychologique de la notion de structure chez Freud.

Le pre-print en français est disponible ici.

Qu’est-ce qu’un cristal signifiant ?

Le jeu de mots qui intitule ce carnet de recherches s’appuie sur l’expression « cristal signifiant » — apparaissant dans le Séminaire IV de Lacan pour désigner la structure de la phobie du petit Hans.

Dans des billets antérieurs, j’ai commenté la façon dont Freud a fait référence à la cristallographie minérale — qu’il avait étudiée à l’Université auprès du Pr Tschermak — comme modèle d’étayage du savoir psychopathologique. Il s’agit maintenant d’expliciter l’enjeu de Lacan lors de l’utilisation du syntagme en cause, né de la rencontre entre la chimie des cristaux et la logique du signifiant. Continuer la lecture de « Qu’est-ce qu’un cristal signifiant ? »

Freud, apprenti minéralogiste

Dans un autre billet, j’ai présenté un geste transdisciplinaire de Freud, à savoir : celui d’utiliser un modèle minéralogique pour expliquer sa psychopathologie — notamment le rapport entre la normalité et l’état morbide.

Lors d’un séminaire de thèse avec mon directeur, le Pr François Sauvagnat, il m’a demandé d’où est venue à Sigmund Freud l’idée de cette métaphore — soit, la génialité de comparer la structure des malades mentaux à la structure des cristaux minéraux.

Devant mon ignorance à ce sujet, il a suggéré quelques pistes de recherche — dont j’ai eu les réponses au fur et à mesure des avancées de la thèse :

  • Est-ce que Freud avait des livres de minéralogie dans sa bibliothèque ? Pas certain ; en tout cas, dans le catalogue de ceux qui sont aujourd’hui conservés à Londres et à Vienne n’a pas un seul titre correspondant à ce domaine.
  • Est-ce qu’il fréquentait des professionnelles de cette spécialité scientifique ? Aucune trace de cela dans ses biographies les mieux documentées.

Alors, d’où vient cela ? Le mystère fut finalement dévoilé le semestre d’hiver 2012. Continuer la lecture de « Freud, apprenti minéralogiste »

La métaphore cristallographique de Freud

L’une des voies possibles pour faire avancer une discipline, consiste à lui appliquer un modèle venant d’une autre science — afin d’obtenir des effets inédits de savoir. Je voudrais présenter dans ce billet une de ces applications transdisciplinaires : il s’agit du modèle minéralogique du clivage des cristaux, que Freud a récupéré pour l’usage de la psychanalyse. Continuer la lecture de « La métaphore cristallographique de Freud »